Revenir en haut Aller en bas

Naruto Hentai

Forum interdit aux moins de 18ans.

  • Histoires v1
  • Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Un séjour mémorable [Amalia]

    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Dim 1 Mai - 16:57
    Kumo. Kumo... Que dire de ce village ? Rien. Oui, rien... Saya ne connaissait pas réellement ce village pour n'y avoir mis les pieds que par quelques occasions. Une fois ? Peut-être deux. En tant que touriste, il avait été difficile de se dire que Kumo était l'un des villages que la jeune femme avait apprécié visiter. Enfin, il n'était pas nul à chier et elle ne le détestait pas, mais ce n'était pas son préféré. Alors pourquoi s'y rendait-elle aujourd'hui ? Pour y faire une petite escale, comme toujours.

    Voyageuse, incapable de tenir en place dans un unique village, Saya était du genre à aller de village en village pour trouver de quoi s'amuser. De quoi passer le temps. De quoi répondre à ses envies insatiables. Rester dans un même village et revoir encore et encore les mêmes personnes ? Pourquoi pas. Sauf quand celles-ci se révélaient être de très mauvais coup ou qu'ils en désiraient plus... De quoi fuir sans tarder et aller ailleurs.

    Comme toujours, Saya n'avait pas tardé à se trouver une auberge dans la ville, non loin de l'entrée pour partir au plus vite en cas de besoin. Rapidement, elle avait pris une chambre et s'y était réfugiée avec pour seule idée un bon bain. Ce qu'elle ne tarda d'ailleurs pas à faire. Posant ses affaires, se déshabillant tout en se dirigeant vers la salle de bain, elle fit couler rapidement l'eau chaude avant de se glisser dans la baignoire et d'y rester sans se soucier de l'heure.

    Plus tard, alors qu'elle se sentait enfin mieux, la jeune femme se rinça et sortit de la pièce tout en se séchant rapidement. Sans détour, elle alla vers son sac, en sortit une nuisette bordée de dentelle ainsi qu'une culotte allant avec et se coucha sans plus de cérémonie. La nuit avait été longue et ce bain avait de la détendre. Une bonne nuit de sommeil l'attendait.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Dim 1 Mai - 20:38
    Kumo était un village au charme exotique si on se référait aux femmes, c'était surement le seul village ou on pouvait y voir de belles kunoichi à la peau bronzée, souvent même métissée. Du coups, une touriste était facilement repérable, ce qui rendait les missions d'infiltration plus pénible, il était difficile après tout de passer inaperçu lorsque l'ont semblait avoir une pancarte affiché sur le front ou il serait écrit " je ne suis pas originaire de ce village". Par chance, je connaissais les moindres recoins de Kumo et je savais qu'une galerie souterraine dont la sortie était en dehors de la ville donnait sous la cave d'une maison abandonnée. Surement un tunnel de secours, vestige des temps de guerres.

    Et hop, sans encombre cette fois aussi.

    Comme d'habitude j'essayais de ne pas me faire remarqué malgré ma tenue, bien loin des tenues de kunoichi ordinaires. Heureusement qu'il y avait toujours cette petite auberge dans laquelle j'avais l'habitude de me reposer et dans laquelle le gérant fermait les yeux sur mon activité. Oh, ça, il avait compris depuis bien longtemps que je menais des missions douteuses, mais étant lui même peu attaché à son village et aimant par dessus tout plus les bénéfices qu'autres choses, il était facile de s'entendre contre une petite somme.

    La même chose que d'habitude...

    Coupé dans mon élan je siffle dans mon coin, comme on le ferait en voyant un sublime bol de ramen bien préparé. Elle aussi elle semblait être une étrangère, une bien belle étrangère... Un visage parfait, des formes galbées, une chevelure soyeuses et des lunettes apportant un côté diablement sexy, je m'en léchais les lèvres d'avance en rajoutant quelques billets de plus sur le comptoir du gérant.

    Quoi que vous entendez ce soir provenant de la chambre de cette demoiselle, ce ne sera rien que votre imagination, d'accord ? Au vu de la somme il était clair qu'il n'entendrait rien, même pas le cri le plus perçant au monde.

    Ce n'est que plusieurs heures plus tard aux alentours de minuits, alors que l'auberge était vide, que je me décidais à sortir de ma chambre, un double des clés de sa porte en ma possession. Avec la plus grande des discrétions j'entrais à l'intérieur, un chiffon imbibé de chloroforme en main, que je venais plaquer sans me faire prier contre son visage, réveillant la belle brusquement. Pas pour longtemps, très vite ses yeux grand ouverts papillonnent déjà pour faiblir et se refermés lentement, sous mon sourire carnassier.

    Maintenant, le temps d'aller chercher quelques affaires, j'invoque un de mes clones aqueux pour la surveiller et commencer le boulot avant moi.

    Ligote la bien solidement, c'est pas un produit très puissant elle reprendra vite ses esprits. Ensuite si je ne suis pas encore revenue réveille là... de la façon qui te fera plaisir je m'en moque.

    Tournant les talons, je la laisse ne proie à mon clone aqueux, qui commence à s'assoir sur son ventre pour ligoter les poignets aux coins du lit, bien solidement. Une fois terminé, c'est au tours des chevilles de subir le même sort, solidement liées par les cordes. Mais effectivement le produit est de courte durée, et mon clone se jette aussitôt sur elle pour coller sa main gantée par le latex contre sa bouche.

    Déjà réveillée ? Tu dois surement être choquée, te demander ce que je suis et ce que je te veux hein ? Je ne prendrais même pas la peine d'y répondre, mais sache juste que si tu hurle, si tu essaye d'être arrogante avec moi, la prochaine choses qui s'échappera de ton corps ne sera qu'un flot de larmes... Tu as bien compris ? Alors je vais enlever ma main maintenant, et tu vas gentiment te présenter a ta maitresse.

    Doucement, la main se retire et écarte quelque un de ses cheveux, alors que je suis toujours assise sur elle. La pauvre ne savait pas encore qu'elle allait être la proie de toutes mes pulsions les plus sadiques, un vrai sujet de test rien que pour le plaisir personnel de mon esprit à la perversité sans limite. Etre attachée n'était que le début d'un long supplice, un long et délicieux supplice !
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Dim 1 Mai - 21:03
    La nuit aurait pu être longue et reposante. Peut-être même aurait-elle pu faire de beaux rêves. Des songes délicieusement érotiques peut-être même. Elle se serait réveillée au matin, bâillant et s'étirant avant de se frotter les yeux et de regarder par la fenêtre pour constater le temps dehors et prévoir sa journée en conséquence. Mais non. Il n'en fut rien de tout ça. Endormie, mais pas assez profondément visiblement, la jeune femme se réveilla en sursaut alors qu'une odeur et qu'une sensation vint la perturber et la réveiller. Les yeux grands ouverts, son corps commença à bouger pour se débattre de cette agression. Le voile du sommeil encore présent, Saya n'eut pas l'occasion de voir réellement quoique ce soit, ni même de comprendre ce qui lui arrivait que déjà elle sentait ses paupières e refermer. Une nuit de sommeil interrompue pour plonger dans un sommeil artificiel. Quel comble...

    Cette agression et cette myriade de sensations laissèrent place à un noir total, son corps ne lui répondant plus tandis que son esprit ne répondait plus. Et puis, tout revint petit à petit. Bien que les yeux étaient encore fermés, son esprit s'éveillait. Son corps lui envoyait de nouveaux ses sensations. Il ne lui fallut pas plus longtemps pour ouvrir de nouveaux les yeux et sentir tout ce qui l'entourait. Ce qui le fut frappant ? Difficile à dire... La vue offrait généralement une information rapide mais cette fois, ce fut son sens du toucher qui s'alarma en premier. Encore à l'affut après cette agression, il ne fallut pas longtemps à la jeune femme pour sentir son corps ne pas répondre comme il le voulait. En un instant, elle sentit ses poignets et ses chevilles attachées. Ses bras et ses jambes étaient tendus et solidement attachées. Et le temps qu'elle ne se rende compte de cela, une main vint se plaquer sur ses lèvres, une main gantée de latex qui attira toute mon attention.

    Ses yeux se posèrent alors sur le propriétaire de cette main. Le ? Non, La. Elle eut presque un soupir de soulagement. Enfin il fallait la comprendre, quitte à se retrouver dans cette situation, elle préférait que ce soit à cause d'une femme et non d'un homme. Qu'aurait-elle fait si c'était le cas... Elle n'en avait aucune idée... Elle aurait hurlé, crié et se serait probablement débattu comme une déjantée. Là ? Elle essaya de se contrôler, approuvant d'un hochement de tête alors que l'auteure de l'agression finissait de parler. Des propos assez simples qui ne la surprenaient même pas. Hurler ne servait à rien et se comporter d'une certaine façon la gratifieraient d'une certain façon. Un classique ? Un peu.

    Malgré la situation, Saya était entremêlée de deux sentiments contradictoires. Être agressée en pleine nuit n'avait absolument rien de plaisant. Le réveil avait été brutal et cette sensation d'être attachée était... Délicieuse... C'était là tout le soucis. Pourquoi était-elle aussi bien attachée ? Et pourquoi la responsable de tout ça était une jeune femme portant du latex, assise sur elle qui plus elle ? Devait-elle aimer tout ça ? Détester ? Elle n'aurait pu le dire, enfin si. Pour elle, c'était tout vu, mais pour son interlocutrice, devait-elle jouer franc jeu ou faire mine de résister malgré tout ? Après tout, elle se considérait d'ores et déjà comme sa maitresse. Devait-elle la contredire ou la soutenir ? Les mots qu'elle prononça alors après avoir ravaler un surplus de salive répondirent à sa place.


    Saya. Saya Sasaki... Et puis-je savoir qui m'agresse en pleine nuit ?

    Était-elle arrogante en parlant ainsi ? Bonne question. Pour elle, ce n'était pas réellement le cas. Mais peut-être le ton était-il un peu trop ambigu ? Qu'importe... Maintenant que la jeune femme était pleinement réveillée, elle pouvait essayer de prendre un peu plus connaissance de sa situation. Tirant encore un peu sur les liens pour les jauger, elle laissait son regard se porter sur son vis à vis. Et il ne fut pas surprenant de l'entendre reprendre alors la parole d'un ton plus taquin qu'arrogant, enfin, selon elle.

    Alors maitresse... Maintenant que je suis attachée et à ta merci... Quel est le programme ?
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Dim 1 Mai - 22:12
    Saya Sasaki, c'est bien là tout ce qu'il fallait retenir de la demoiselle, pas même la question qui suivait, juste le nom ! Pourtant la belle fit une erreur, sans s'en rendre compte ? L'avait-elle fait exprès ? Difficile à dire, mais le résultat lui en serait le même alors que je rentrais dans la pièce de nouveau, dissipant mon clone qui explosa en une flaque d'eau

    Saya hein ? Malgré toute la bonne volonté dont tu sembles faire preuve je suis dan le regret de t'informer que tu as échouer les tests. Lorsque l'ont s'adresse à sa maitresse il est de mise de ne pas la tutoyer... On ne tutoie que les individus avec lesquels nous sommes égaux...

    Une petite gifle de rappel vient marquer sa joue dans un joli sons de latex s'écrasant sur la peau, la gratifiant d'une rougeur. Le temps qu'elle comprenne que je venais de la gifler j'en profitais pour former des signes. En l'espace de quelques seconde une bosse se formait dans ma culotte en latex, culotte que je baissais pour lui montrer cette sorte d'appendice translucide qui prenait forme, composé d'eau.

    Tu t'es déjà amusée à retenir ta respiration dans une piscine ? On l'as tous fait un jours, retenir sa respiration jusqu'à manquer d'air et sortir la tête de l'eau. Mais imagine, imagine qu'au moment ou tu cherche à remonter une main t'en empêche, te maintiens sous la surface alors que tu veux à tout pris remonter, c'est à ce moment que tu comprends réellement ce que manquer d'air signifie, tu ne penses pas ?

    L'appendice grossit, et bientôt la masse aqueuse mélangée à une forte dose de mon chakra change de consistance, de volume, devient brune... pour finalement prendre la forme d'un gros mandrin masculin, aux diamètres vertigineux. Elle ne comprenait toujours pas ou je voulais en venir avec mon discours.

    Alors tu t'agite, tu paniques, tu commence à perdre pieds mais rien y fait... tu étouffe. Imagine maintenant que cette main qui t'empêche de remonter, c'est moi...

    Encore une autre dose de chakra et celle-ci en copie désormais même l'odeur et le gout, il ne reste plus qu'à empoigner fermement la chevelure de la belle brune afin d'approcher son visage du monstre de chaire, et de le faire percuter ses lèvres avec violence. Puis je pousse, fort, très fort jusqu'à briser sa garde.

    Mais t'en fais pas, il parait qu'ont y prends vachement son pied sexuellement quand on manque d'air.

    Ce sont mes dernier mot avant de pousser un violent coup en avant qui doit surement être à la limite de lui offrir un rejet. Et déjà, les problèmes commencent, je pensais avoir pris les bonnes mesures mais non, l'appendice masculine artificielle était trop grosse pour les capacités de sa gorge. Si je cherchais réellement les profondeur de sa gorge j'allais devoir lui faire mal.

    Tu risque d'avoir mal à la gorge ! Mais bon, on s'en fiche non ? A quoi d'autre peut-elle bien servir cette gorge dit moi ? A parler ? Foutaise, elle n'existe que pour que je puisse m'en servir de vulgaire trou à remplir. Oh ça oui, je vais bien te remplir, et je vais le faire en te ravageant la gorge sans me ménager

    C'est le cas de le dire, mon emprise sur sa chevelure augmente et je pousse un énorme coup en avant, déformant sa gorge et la gonflant à cause du pénis artificielle bien trop gros qui écarte ses parois, prenant toute la place. Même de l'extérieur cette vision était inoue, la gorge enflée et comblée jusqu'au moindre espace, ainsi que cette bouche grandement écartée. Mhhh, même ses bruits de sucions et de déglutissement étaient des plus amusants. Finalement après une bonne minute à pousser son visage percute de plein fouet mon bas ventre.

    J'espère que t'es douée pour boire de grande gorgée très vite, ce serait désagréable de boire la tasse avec de la semence.

    De long vas et viens douloureux commencent à racler sa gorge qui lui lui bruler au moins autant que sa cage thoracique en recherche d'air, air qui devait lui manquer terriblement à en juger par la couleur de son visage virant au rouge. Heureusement que je pouvais parfaitement maitriser cette fausse appendice dont les effluves si réelles envahissaient sa bouche. Fait tout de même amusant, on pouvait facilement deviner la forme de la verge à travers sa gorge puisqu'en plus d'être bien trop grosse elle ne faisait que palpiter de plus en plus, donnant l'impression que son pou battait la chamade au niveau de sa gorge. En parlant de battre la chamade c'est son coeur qui s'emballait petit à petit, je pouvais le voir tambouriner légèrement à travers sa poitrine et m'amuser à poser une main dessus pour le sentir battre contre mon gant noir te flexible.

    Pourquoi il bat si fort ? Tu es trop excité ? Tu étouffe ? Je penses que c'est un peu des deux... Est-ce que j'y verrais une grosse tache de cyprine sur les draps si je regardais entre tes cuisses d soumise ?

    Une entrée en matière percutante alors que j'étais pourtant très loi d'être à cours d'idées.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Dim 1 Mai - 22:43
    Décidément, Saya allait de surprise en surprise. Elle s'était faite attachée et agressée par un clone ? Un clone ? Non. Impossible. Il devait y avoir autre chose. Ce devait être chose. Quoique. Après tout, un clone était généralement capable de tout faire comme un original, alors, pourquoi était-ce si surprenant ? Peut-être parce que l'explosion de ce clone l'avait arrosé, la mouillant au passage ? Mais pourquoi ce frisson parcourait-il son dos ? Elle n'en avait pas la moindre idée...

    Surprise mais silencieuse, Saya observait la nouvelle arrivante. L'originale ou un nouveau clone ? Impossible à dire. Quelle importance ? Si son regard se porta une fois de plus sur son agresseur, elle ne manqua pas de détailler ses courbes et ses vêtements pour le moins... Plaisants. Ce qui l'était moins en revanche, c'était ses paroles. La gifle aussi d'ailleurs. Séchée par celle-ci, même si elle n'avait été que peu violente, la kunoichi attachée serra légèrement les dents alors que son attention se portait sur les propos de son vis à vis. Cette dernière s'était mise à parler de piscine et d'apnée. Une chose que la jeune femme avait d'ailleurs peu pratiqué, mais qu'importe. Où voulait-elle en venir ? Saya ne le comprit que trop vite.

    Le meilleur indice ? Probablement cet appendice qui se formait au niveau du bas ventre de ce qui se transformait en une tortionnaire. Un sexe d'homme. Un verge, une bite ou n'importe quel synonyme qui désignerait la même chose. Dément. Si Saya avait cru cela concrètement possible. Non, il y avait pire. Ce membre n'était pas... Réel. Enfin, il était consistant et bien là, mais ses dimensions grossissaient à vue de nez et prenait une ampleur pour le moins... énorme. Et bien sur, il n'allait pas être là juste pour décorer. En quelques instants, sa "maitresse" au nom encore inconnue était sur elle. Empoignant sa chevelure, elle pressait le bout de ce sexe de fortune contre ses lèvres. Fut-il utile de préciser que la prisonnière se forçait à garder la bouche fermée ? Évidemment que non. Mais il n'était pas non plus utile de préciser que ses défenses cédèrent rapidement, ses lèvres s'ouvrant alors pour laisser place à cette monstruosité...

    En un instant, Saya pouvait sentir sa bouche être envahie. Sa langue se plaqua un peu plus pour laisser place, frottant néanmoins contre ce sexe fabriqué de toute pièce. Alors pourquoi avait-il aussi vrai qu'un autre ? Le gout, l'odeur étaient les mêmes. Enivrée ? Il fallait concéder que oui, elle aurait très bien pu perdre la raison, si elle n'avait pas senti cette verge pénétrer sa gorge et s'y glisser sans douceur. Lentement, inlassablement, la gorge de la prisonnière fut pénétrée, sentant ce sexe démentielle aller toujours un peu plus loin. Plus que volumineux, il bouchait comblait en totalité sa gorge et il n'était même pas surprenant de penser qu'il l'écartait même un peu plus pour se forger un passage. La sensation était... Troublante. Douloureusement troublante.
    Cela brulait et l'air manquait rapidement. Incapable d'ouvrir plus la bouche pour chercher de l'air, ses narines se trémoussèrent l'espace de quelques secondes en quête d'oxygène. En vain. Sa trachée bouchée, la jeune femme manquait d'air alors que sa tortionnaire avait entamé des mouvements de vas et viens. Incapable de résister, incapable de protester, elle ne pouvait que fermer les yeux, grimaçant de douleur alors qu'elle manquait d'air plus vite qu'elle ne l'aurait penser, son corps ne tarda pas à réagir.

    Son rythme cardiaque s'accélérait légèrement tandis que ses bras t ses jambes commençaient à bouger pour essayer de se détacher de ses liens. Impossible. Prisonnière, elle ne pouvait que sentir ce sexe totalement créé occuper sa bouche et sa gorge et l'empêcher de résister. Pire, elle pouvait sentir la main gantée se poser comme une fleur contre sa peau pour essayer d'écouter son cœur battre. Sans parler de ses propos. Des propos qu'on pouvait peut-être qualifier d'humiliants. Mais là où ils prenaient toutes leur importance, c'était bien dans le fait qu'ils n'étaient pas totalement faux. Malgré la douleur qui accaparaient sa gorge et ce besoin irrésistible et crucial d'air, Saya se sentait légèrement excitée. Elle pouvait sentir une légère humidité naitre entre ses cuisses et surtout, une petite part de son esprit en venait à se demander si ce sexe pouvait jouir aussi. Peut-être associait-elle l'idée de jouissance à la fin de ce supplice. Mais il restait alors à savoir quelle quantité sortirait de cette chose. Probablement beaucoup trop...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Dim 1 Mai - 23:58
    Son coeur battait fort, très fort même et commençais par moment à faire quelques bonds irréguliers. Alors finalement elle y était, la belle Saya suffoquait sous les assaut terrible de la verge tendue et puissante. A vrai dire, j'aurais pu la libérer, j'étais assez excité, il suffisait que je reliais le chakra de l'artifice à ma source de plaisir et... ce serait comme jouir pour de vrai, mais je voulais voir son corps s'agiter, je voulais voir la panique lui faire perdre le contrôle de tout son être... Ce qui ne tarderais pas au vu de l'état de son esprit embrumé, de ses joues empourprées. Pourtant, on pouvait entendre le bruit de quelques gouttes tomber sur les draps, au niveau de ses cuisses, alors, elle mouillait vraiment ? Ah ah, qu'elle était ridicule, je sentais déjà que j'allais l'adorer !

    Prépare toi...

    Son visage qui se fouettait contre mon ventre à chaque coups puissant s'arrêta tout à coups, lorsque son nez s'écrasa contre moi. La regardant une dernière fois das les yeux je pouvais facilement deviner qu'elle avait dépassé ses capacité et semblait déjà perdre pied

    Tu devrais t'agiter un peu plus, si tu ne le fais pas ça veut dire que tu ne veut pas respirer ? Oui c'est peut être ça que tu me demande, ne pas te laisser respirer ?

    A force de la narguer j'en perdais le contrôle et un puissant jet éclaboussa sans retenue tout au fond de sa gorge. Impossible de revenir en arrière, je ne pouvais plus interompre et dans un long râle de plaisir presque animal je me lâchais complètement, regardant le plafond comme si l'asphyxie de Saya n'était pas mon problème. Plusieurs puissantes giclées sortaient, inondant très vite sa gorge à un rythme tellement soutenue qu'une personne normalement constitué était incapable de tout boire sans avaler de travers. Une gorgée, puis deux, puis trois... ça ne semblait pas faiblir et finalement une giclée arrivant trop vite derrière l'autre, lui faisant boire la tasse. Comment demander alors à une personne étant en train de se noyer à moitié dans de la semence de continuer à avaler correctement ? Le rythme perdu, le sperme chaud s'accumulait simplement dans la gorge comme une bouteilles qu'ont remplirait. Finalement, sa bouche fut investit et ses joues commençaient à gonfler, mais les giclée continuaient. C'est peut-être parce qu'il y en avait trop et qu'elle essayait de reprendre son souffle en même temps qu'une trainait de sperme s'échappait de ses narines, semblant l'assommer complètement.

    Je sais pas si.. Ahhh tu es... encore capable d'entendre... clairement... mais j'y prends vraiment... mon pied dans ta gorge si étroite !

    Un dernier coups de rein puis... plus rien, le débit faiblit, et la belle brune à lunettes pourra enfin être libérée... ou pas ? La verge, trop gonflée et palpitante ne comptait pas sortir facilement et semblait bloquée. C'était décidément trop, elle s'en étouffait à en tousser et j'eus alors par un coups de panique l'idée de simplement briser la technique pour faire exploser l'eau en elle... bon, elle aurait aurait du liquide à avaler mais au moins là, elle était libérée !

    C'était moins une.... fiou ! Ah... mais c'était tellement bon que j'en suis encore toute excitée ! Maintenant tu comprendras qu'il ne faut pas tutoyer une maitresse hein ?

    Je soufflais comme un boeuf, regardant la belle ninja, la bouche débordante de sperme et suffoquant encore. Pour ne pas arranger son cas je jetais fermement mes mains sur sa poitrine pour m'appuyer dessus avec force, malaxant les deux monts de chaires en frottant mes fesses, recouvertes de la culotte en latex, contre son ventre. Il était rond, légèrement enflée par le surplus de sperme et surtout très chaud, agréablement chaud.

    Le repas a été copieux, dis moi tu as mangé à ta faim ?

    Une main quittait finalement un de ses seins pour passer sous sa culotte et caresser son intimité, plongeant l'index glissant en latex dedans et le ressortant tout mouillé, le portant à la bouche et le suçant longuement en la regardant droit dans les yeux. J'étais prête pour la suite.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Lun 2 Mai - 11:42
    Petit à petit, la panique montait. Incapable de respirer, prisonnière d'une femme dont elle ignorait tout, Saya ne pouvait se soustraire à cette torture. Oui, une torture. Bien qu'elle n'avait jamais été contre quelques fellations ou quelques gorges profondes, collant son nez contre le bassin pour mieux apprécier la présence imposante du chibre en question, il lui était impossible de prendre un quelconque de plaisir face à ce monstre qui occupait sa gorge. Enfin.. C'était ce qu'elle s'efforçait de penser. Laissant parler la douleur qui occupait sa gorge et sa cage thoracique plutôt que l'humidité croissante de ses cuisses, la kunoichi essayait encore de se débattre. Se débattre ou supplier à sa tortionnaire de cesser. Mais les mains liées et la bouche pleine, il était difficile de faire passer le moindre message.

    Par chance, son bourreau n'était pas une boule de cruauté et elle comprit bien vite que la fin approchait. Quelques mots pour lui dire de se préparer alors que les mouvements de vas et viens cessèrent pour que cette verge contre nature ne s'enfonce totalement en elle, collant le nez de Saya contre le bassin de cette inconnue. Si elle s'attendait à un premier jet dès l'instant où elle avait exécuté ce dernier temps, elle s'était légèrement trompée. Cette inconnue vêtue de latex avait eu le temps de caler une dernière phrase avant que ne commence le feu d'artifice.
    Un premier jet puissant sorti de ce sexe et envoya une bonne giclée au fond de la gorge de la victime. Inutile de prétendre avoir avaler, cela s'était fait tout seul. Le plus étrange ? Malgré la nature artificielle de ce sexe, l'odeur et la texture de ce qu'elle venait de jouir ressemblait de très près à du sperme. Déglutissant alors comme elle le pouvait, Saya ne tarda pas à avaler le deuxième jet. Là encore, elle pouvait sentir le fluide légèrement chaud occuper le reste de sa gorge et atterrir directement dans son estomac. Un troisième, de quoi se laisser entrainer dans cette série de jouissance alors que son esprit semblait se perdre et commencer à prendre plaisir à recevoir de telles giclées. Et puis... Ce fut le drame.

    Le quatrième jet arriva plus vite que les autres, la prenant par surpris, elle et son orgasme. Incapable de tout avaler, elle ne put expliquer la suite. Elle sentit un agglomérat de sperme s'agglutiner dans sa gorge, son organisme luttant pour renvoyer tout ce liquide vers le haut et le cracher le temps d'en avaler un peu. Mais la jouissance n'arrêtait pas et la quantité augmenta encore si bien que tout remonta malgré tout. Raclant les parois de sa gorge pour venir inonder sa bouche. Par pure réflexe, elle tenta de fermer les lèvres, gardant le tout en bouche alors que ses joues gonflèrent sous la quantité qui ne cessait d'augmenter. Ses yeux se fermèrent alors que le gout de cette semence venait titiller ses sens. Enivrant. Elle perdait pieds...
    Ce qu'il se passa ensuite ? Elle n'aurait pu le décrire. Son esprit s'était probablement mis en veille, laissant alors son corps réagir par lui-même. Incapable de sortir par la cavité buccale, du sperme avait pris le chemin de ses narines, ressortant par ceux-ci et achevant de la plonger dans un état plus lubrique qu'autre chose. Le gout, l'odeur, deux sens qui l'emplirent et la firent sombrer. Doucement, elle continuait d'avaler alors que la quantité avait dépassé toutes ses espérances. Oui, ses espérances. Elle ne redoutait plus cette jouissance, elle l'appréciait. Perdant pieds, elle n'avait plus réellement les idées claires et la voix de sa tortionnaire avant semblé bien lointaine. Probablement aurait-elle simplement été un peu plus embrumée, à deux doigts de perdre connaissance si ce sexe n'avait pas soudainement éclaté dans sa gorge.

    Ce qu'il se produisit ? Il n'y avait pas de mots. Du liquide se fit encore plus sentir et ce fut probablement une véritable explosion. Sa gorge décida en un éclair ce qui devait être avaler et ce qui devait être recraché. Un peu moins de la moitié parti directement dans son estomac tandis qu'elle recracha le reste. Le bas de son visage était alors maculé et souillé. La bouche presque pleine, dégoulinant encore de toute cette substance était sans doute une illustration parfaite d'une première humiliation. Une parfaite représentation de ce que pouvait vouloir signifier le mot souiller. Mais de cela, la jeune femme s'en moquait. Sa poitrine s'était soulevée et elle avait pu alors prendre de grandes bouffées d'air, laissant alors à son corps le soin de se calmer tandis que déjà sa tortionnaire repartait à l'assaut.

    Reprenant sa respiration avant tout, elle se moquait bien d'avoir un petit mélange de salive et de sperme dans la bouche, sur le menton ou même sur le cou. Pour l'heure, son esprit tentait de revenir et de se concentrer sur le plus important. Les propos de son interlocutrice et de ce doigt qui était entré en elle. Par réflexe, elle avait essayé de refermer les cuisses alors que son corps se tendait légèrement, remuant le surplus dans son estomac, lui laissant une sensation toujours un peu plus chaude dans son bas ventre.
    Visiblement, cette maitresse attendait sa réponse et Saya n'allait pas tarder à lui donner. Juste le temps d'une bouchée d'air supplémentaire. Inspirant et expirant comme si elle redécouvrait la respiration une nouvelle fois, la kunoichi attachée ne tarda pas à finalement passer un coup de langue sur ses lèvres pour récupérer un peu de ce sperme et avaler le tout, accompagnant alors ce qu'il y avait déjà encore en bouche. Une nouvelle inspiration se fit alors qu'elle posa enfin un regard consistant sur sa maitresse. Avait-elle mangé à sa faim ? Elle aurait probablement gloussé en tant normal, là, elle laissa sortir un léger gémissement de complainte avant de répondre dans un souffle.


    Non maitresse... Donnez m'en plus... J'en veux encore...

    Folle ? Peut-être. Mais il n'y avait plus la place au mensonge maintenant. Même si la partie asphyxie avait été rude et dangereuse, elle avait adoré ce qui s'en était suivi. La quantité, le fait de devoir en avaler autant, de le sentir dans sa bouche et son visage... Si on le lui demandait, elle serait probablement reparti pour un tour. Un peu comme un enfant sortant d'un grand huit. Bien qu'effrayé sur le coup, une fois terminé, il en redemande. Pourquoi ? Parce que le frisson offert était des plus jouissif... Enfin, pour le coup, ce n'était pas un grand huit qu'on lui proposait. Leur frisson était bien plus salissant. Mais était-ce un problème. Et si Saya en avait réclamé plus, son esprit lui fit dire encore autre chose, d'une voix similaire à la première tandis que ses yeux allaient et venaient sur le corps de sa maitresse.

    Je veux... Un dessert.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Mar 3 Mai - 13:38
    Maitresse ? Un dessert ? Ben voyons, elle n'avait pas eu peur avec un tel châtiment ? J'en aurais été presque déçu qu'elle accepte si facilement son sort sans se débattre si je n'étais pas occupée à gouter sa cyprine. Car suçant lentement mon index et faisant durer le plaisir contre le latex froid et glissant j'en prenais bien jusqu'à la dernière miette. Et Maintenant ? Il y avait tout un tas d'idées et de scénarios possibles, mais je préférais en rester au plus simple le temps de réfléchir correctement à la suite. Ses cuisses étaient écartées et elle mouillait déjà au point d'en laisser une flaque sur les draps ? Alors on allait commencer par là. Longeant toutes ses courbes avec mes deux mains gantées j'en venais très vite à écarter férocement ses cuisses, contrastant avec la douceur de mon touché jusque là en quête de découverte. Mais pas question de simplement y mettre le doigt ou tout autre choses... J'avais une autre idée et pour cela j'appelais de nouveau un clone à moi.

    Besoin de mes services ?

    Je crois bien, tourne toi un instant.

    Je cherche dans mon sac une lotion à base de plante, que j'avais subtiliser à une fleuriste du clan Yamanaka, une certaine Ino, qui avait été la proie d'une de mes captures lors d'un contrat. Je lui avait dérober tout un tas d'informations sur les fleurs que sont clan cultivait et avait pu en récupérer beaucoup d'essences florales aux effets divers et puissantes. Dans ce flacon, il s'agissait d'un aphrodisiaque, que j'étalais sur les fesses de mon clone non sans narguer Saya au passage. A force de frotter la lotion contre la culotte en latex de mon double celle-ci finissait pas devenir brillante. L'odeur s'en dégageait tellement bien que je failli même être trop prêt et en respirer.

    Ca suffira, va t'occuper d'elle pendant que je me charge du bas.

    Le clone sourit et commence à retirer lentement les lunettes de Saya pour les déposer sur le bureau, estimant qu'elle n'en avait pas besoin pour ce qui allait suivre. En effet, le clone commence à rapprocher ses fesses du visage de la soumise, caressant celui-ci du bout de ses courbes. Finalement après avoir jouer un instant, le clone finit par épouser totalement le visage de la brune avec ses fesses, s'en servant littéralement de siège contre lequel elle se frottait. Et avec l'aphrodisiaque qui avait été enduit sur cette belle paire de fesses, inutile de dire qu'elle allait vite devenir folle, sur le peu qu'elle pouvait respirer.

    Quant à moi ? Les deux mains sur les cuisses pour les maintenir écartés laissaient une assez grande ouverture pour y accueillir ma bouche, englobant ses lèvres intimes pour les sucer comme un délicieux bonbon. La liqueur qui s'en dégageait exhalait mes lèvres et coulai à flot sur ma langue, langue qui s'introduisait entre l'intimité de la brune pour y fouiller le moindre recoin en quête d'un trésor... son fluide.

    Plus haut, les fesses se dandinent contre son visage en gardant la même intensité, empêchant la belle de respirer correctement avec le latex qui collait à son visage. De plus, comment garder son calme lorsque l'on est forcée à humer un fluide aussi puissant et qu'un clone trop gourmand ne se contentait pas d'en rester là ? Effectivement, le clone n'en avait pas assez et me ressemblait beaucoup en ce point... après tout, c'était une partie de moi et elle partageait mes même envies. C'est surement pour cette raison que ses deux mains étaient déjà bien encrée sur la poitrine qu'elle avait aisément trouvée, pressant ces deux melons de chaires, les tortillant dans tous les sens en pinçant avec ardeur ses tétons durs lorsque l'envie lui en prenait.

    Ca sert à rien d'essayer de jouir, je te laisserais pas le faire dans ma bouche, je ne suis pas une soumise comme toi.

    Certaine de contrôler la situation je donnais de grands coups de langues sur son intimité, j'agrippais fermement ses cuisses en donnant l'impression que j'allais y faire entrer mes doigts dans sa peau. Avec un tel appuie, il était facile de la maintenir en place et d'en faire ce que je voulais, comme de mordiller son clitoris sans qu'elle ne gesticule partout comme un animal blessé.

    Ca c'était juste pour te préparer à la suite.

    Me redressant, j'insérais deux doigts à l'intérieur pour vérifier que ma salive avait bien lubrifié, ce qui était le cas. Je pouvais alors sans crainte me saisir d'un de mes jouets, un sex-toy long et souple que j'attachais autours de la taille. Avec un appui parfait, je commençais à en chatouiller le bout de son antre avant d'y pénétrer lentement, beaucoup plus que je ne l'avais fait avec sa bouche, qui avait été bien malmenée...

    Débutait alors une danses endiablée de mon bassin, basculant d'avant en arrière, de la droite vers la gauche pour débloquer un peu le jouet au diamètre conséquent. Il fallait qu'elle profite de ce moment de douceur car en celui-ci résidait les dernières sensations qu'elle aurait dans cette chambre... J'avais bien d'autres projets !
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Mar 3 Mai - 15:42
    Un clone. Ce fut la première réaction qu'eut sa tortionnaire après avoir jouer encore avec ses cuisses, l'obligeant à les écarter un peu plus pour s'exposer et révéler son état d'excitation. Oui, Saya avait été excité par ce premier traitement et ce même s'il avait semblé horrible. Le gout et le parfum avait été enivrant et malgré la légère douleur persistante de sa gorge ainsi que sa respiration encore haletante, la jeune femme ne pouvait nier avoir aimé de sentir ce membre démesuré dans sa gorge pour occuper sa bouche et jouir une telle quantité. Elle était perverse et elle l'assumait pleinement...

    Sceptique face à l'apparition de ce clone, la demoiselle restait cependant certaine que sa présence serait sollicitée de la meilleure façon qui soit. Il semblait évidement que sa geôlière avait de la suite dans les idées et qu'elle atteignait un certain seul dans la perversion elle aussi. Quoiqu'il en était, ce clone servirait assurément. Mais à quoi ?
    Reprenant petit à petit ses esprits tandis qu'elle pouvait voir une femme tripoter son clone pour étaler une lotion étrange sur ses fesses, Saya plissa les yeux avant de l'entendre. S'occuper d'elle ? Elle ne tarda pas à avoir une réponse. Le clone retira ses lunettes avant de présenter ses fesses devant sa figure, jouant légèrement pour la taquiner, il ne fallut cependant pas longtemps pour qu'elle ne sente le parfum qui se dégageait et ne sente les effets agir. Un frisson parcourait le corps de la prisonnière alors que son bas ventre semblait chauffer un peu plus. Et cela n'allait pas pour s'arranger alors que finalement, le clone ne prenne place sur son visage sans plus de cérémonie. Le latex légèrement humide collait parfaitement son visage et Saya ne pouvait ignorer aucun détail du si joli fessier de ce clone tant elle l'oppressait.

    Mais plus encore, il ne lui fallut pas longtemps pour commencer à sentir son souffle en danger alors qu'un corps pressait de tout son poids sur son visage pour l'empêcher de respirer. Et lorsqu'elle tentait de prendre son souffle, Saya humait ce parfum qui semblait aphrodisiaque. Ses effets se faisaient déjà sentir puisqu'elle avait l'impression de mouiller encore un peu plus, ses bras tirant encore un peu plus ses liens. Mais si cette petite séance de «facesitting» avait commencé, ce n'était qu'une partie du traitement. Rapidement, une langue vint se caler contre son intimité et entama un traitement sans nom. Cette langue s'était glissée en elle, cherchant à récolter un peu plus de sa cyprine qui coulait encore petit à petit, la rapprochant d'un orgasme que visiblement elle n'aurait pas de si tôt. Sa tortionnaire semblait à l'affut et jouait de sa langue en prenant soin de ne pas la mener à l'ultime plaisir. Une nouvelle torture qui s'accompagna d'une paire de main s'attaquant à sa poitrine.

    Dès lors, et malgré ce fessier qui occupait son visage, la jeune femme ne put que gémir et qu'importe si ses gémissements étaient étouffés. Ses mains attrapaient les cordes qui maintenaient respectivement ses poignets et les serraient de toutes leurs forces. Ses jambes se tendaient, se crispaient pour se tendre une fois de plus. Son ventre se soulevaient légèrement, l'une des seules parties qui pouvaient encore bouger. À peine. Un traitement qui allait la rendre folle. De nouveau perdu dans son petit monde de folie de luxure, Saya n'écouta que d'une oreille distraite les propos de son vis à vis. Qu'importe ce qu'elle disait, qu'importe ce qu'elle voulait, il fallait juste... continuer. Mais ce ne fut pas le cas et à la place de ça, elle se mit mordiller un instant avant d'être abandonnée par cette divine langue pour être remplacée par deux doigts curieux mais pas trop. Et même s'ils étaient bien moins appréciés, elle les considérait comme bienvenue tant qu'ils lui permettaient de sentir du plaisir. Mais même eux finirent par se retirer.

    Et si l'espace de quelques secondes elle ne sentit plus rien, s'apprêtant à supplier malgré que sa bouche restait incapable de correctement se mouvoir, Saya n'eut pas à le faire. Quelque chose se pressait doucement contre son antre, de quoi la taquiner un instant avant de se glisser en elle. Malgré l'humidité qui occupait sa grotte, elle ne put que gémir plus fortement sous le volume et la longueur de cette chose. Un autre sexe fabriqué de toute part ? Elle l'ignorait et elle n'en avait complètement rien à faire. Gémissant, son corps se soulevait encore un peu en se cambrant pour accepter et profiter de cette divine sensation de pénétration. Une douleur ? Non. Même si ce sexe ou cet objet se glissait aussi loin en elle, ce n'était qu'un pur bonheur. Un sexe qui ne tarda alors pas à remuer en elle au rythme des mouvements de bassins de sa maitresse, lui arrachant de nouveaux gémissements de plaisir.

    Rapidement et bien qu'immobilisé par de nombreux moyens, son corps se mit à suivre le mouvement de ces vas et viens qui semblaient de plus en plus rapides et qui n'avaient probablement aucun mal à se faire tant elle mouillait. Pire... Elle n'était plus très loin de la jouissance et si Amalia continuait ainsi, Saya ne tarderait pas à jouir. Et même si ce jouet l'occupait pleinement, il n'y avait nul doute quant au fait qu'elle en mouillerait les draps, et pas qu'un peu...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Sam 7 Mai - 14:27
    Prise d'assaut avec vigueur, le visage perdue dans une mer sombre de latex l'empêchant de respirer, l'obligeant constamment à capter la lotion aphrodisiaque de ses narines aux aguets de la moindre particules d'air. Sur le tableau, ça avait l'air d'une torture épouvantable tant l'étouffement était la pire des tortures possible, mais entre les mains d'une experte le cauchemar pouvait très vite se transformer en un plaisir malsain tant l'adrénaline libéré par le corps pouvait rendre le moment excitant, lorsque le corps n'était plus correctement oxygéner. Chaque secondes était un nouveau danger, une nouvelle chance de s'évanouir pour de bon et rendait le danger si délicieux que quiconque pouvait ressentir un orgasme décupler au moment venu.

    Hé elle s'agite pas assez, t'es sure que t'es bien assise comme il faut sur son visage ? J'ai l'impression qu'elle est pas assez drogué là !

    Suite à ces mots, mon clone presse d'autant plus ses fesses contre son visage, jusqu'à lui caler le nez juste entre ses fesses en latex, juste dans le creux désignant l'antre de son anus. Bien en place, elle m'envoie un sourire comme pour signaler que tout était bon puis elle ne bougea plus d'un pouce, empoignant simplement les seins comme on le ferait avec deux gros agrumes bien mures pour en extirper le délicieux jus. Sa poitrine ne déverserait aucun liquide mais ses tétons eux murissaient bien à force de sentir les mains froides et implacable en latex saisir sa chaire. Il était désormais très aisé de les pincer à chaque fois que les doigts semblaient quittait sa poitrine en tirant vers le haut.

    Ca vient, je sent que ça vient !

    La lotion a déjà fait tellement fait que l'inhaler n'aurait pas plus d'effet supplémentaire, et le clone avant de taper une dernière fois un grand coups sur sa poitrine en y plantant bien ses doigts dans la chaire, disparait, éclatant à son tours en une flaque d'eau. Une flaque d'eau qui prit aussitôt la forme d'un piège se refermant, respirer ? Ce n'était pas dans mes projets, l'eau prit une forme de bulle qui engloba entièrement son visage, solide et impossible à défaire en étant ligotée de la sorte...

    Tu n'as quand même pas cru que tu pourrais respirer à ta guise ? L'air est une denrée si précieuse qu'il faut la limité à des soumises comme toi, je ne vois pas pourquoi tu aurais le droit de profiter de ce privilège autant que ta maitresse... Nous ne sommes pas égales ! nous le somme sur aucun point !

    C'est vrai, après tout en quoi aurait-elle le droit de respirer exactement la même quantité d'air que moi si elle était en dessous ? Je devais faire en sorte que l'air ne soit plus une normalité pour elle, mais une récompense pour laquelle elle pourrait me remercier en larmoyant, lorsqu'elle sentirait ses poumons pris d'une vive douleurs flamboyante se gonfler d'air juste un instant. Enfin, la situation en l'empêchait pas de jouir à plein pot, les jambes tremblantes, cédant à de violents spasmes d'excitations et d'asphyxie mélangés. L'orgasme est puissant et la cyprine jaillit comme une fontaine qu'ont aurait maladroitement bouchée. Les draps, mais aussi mon bas ventre s'en trouvent bientôt remplis, inondés par le liquide si délicieux qui ne semble pas trouver fin. Jusqu'à ce qu'elle boive la tasse du moins, ce qui lui vaux une autre agitation qui semblait presque signifiait " J'ai atteint mes limites ". Ses limites ? Qui en avait quelque chose à foutre, si elle avait la force de s'exciter partout pour essayer de survivre c'est qu'elle avait la force pour continuer à rester consciente.. Tant qu'elle avait les yeux ouverts, elle n'avait pas besoin de cette denrée rare, de ce trésor appelé oxygène.

    Finalement, alors que je pousse le gode au maximum de sa longueur en elle dans un cri noyé par l'eau, et que son corps se cambre sous mon coups de rein, l'extase semble toucher son maximum. Les derniers jets s'extirpent de son antre chaude et humide, me laissant épuisée de tout ce sport. Je reste tout de même un instant en elle avant de reculer, laissant son corps tremblant sur le lit...

    Quoi encore ? T'as envie de respirer ? Ben te gêne pas !

    Une simple moquerie, si elle respirait maintenant l'eau noierait ses narines et ses lèvres.. ce que je recherchais puisque je la laissais simplement s'étouffer jusqu'au moment ultime, admirant le spectacle du coin de l'oeuil en retirant le gode et en rangeant mon sac. Bientôt ses yeux commencent à se révulser et la belle tousse à n'en plus finir jusqu'au dernier moment ou elle s'évanouit. ais pourquoi aller jusque là, pourquoi aller jusqu'à la laisser perdre connaissance...

    La réponse était évidente, par pure sadiquerie, mais pas que. Le corps dans les vapes de la belle Saya était plus facile à transporter ainsi, en dehors de la chambre. Il n'avait fallut que quelques heures pour tout mettre en place, alors qu'un filet de cyprine se dégageait encore de son antre jambe à cause de la lotion, bien trop puissante. Mais ce n'est qu'à l'aube, qu'elle découvrit qu'elle était bel et bien vivante en ouvrant difficilement les yeux, et visionnant par la même occasion son nouveau destin.

    Bien dormit Saya ? Ou devrais-je dire petite chienne ?

    Au travers de ses yeux émeraude se dessine la vision d'une place légèrement sombre, à peine illuminée par les premiers rayons du soleil. La belle rousse va vite le deviner, elle est sur la place d'un quartier très malfamé du village de Kumo, une ruelle ou les pire rebut de la société vivent, avec des moyens aussi absent que leur sens morales. Ici, les rares ninjas présents s'en fichaient bien des lois ou de savoir qui était cette femme à quatre pattes sur le sol, la seule chose qui compte est l'attraction au centre. Et quel attraction ! Une belle jeune femme aux cheveux rouges, à la merci de tout une partie d'un village et dans une position des plus délicate. Les deux mains emprisonnées par des gants en latex, désignant en leurs formes finales des pattes de chat, serrée efficacement au niveau des bras par des lanières en cuir. Il en est de même pour les jambes, qui sont enchainées sur le sol elles aussi pour l'empêcher de se redresser.... Forcée d'être maintenu à quatre patte comme le pire des animal !

    Le plus inquiétant pourtant, réside dans le plug anal entre ses fesses, écartant outrageusement ses parois anales en un énorme cercle bien défini. Sa bouche a le droit au même sort, celui d'un bâillon anneau l'obligeant à garder la bouche grande ouverte

    Mesdames et monsieur je demande votre attention ! Je suis venue à vous pour proposer un jeu qui je suis sur... sera enrichissant ! Comme vous le voyez, il y a deux trou bien définis sur cette belle petite chose à votre merci. Un à la bouche, et un au niveau de l'anus. Le but du jeu est simple, il s'agit de remplir n'importe lequel de ses orifices avec ABSOLUMENT tout ce que vous voulez, peu importe ce que c'est, vraiment ! Vous avez envie de lui faire boire des litres d'eau, de remplir cette jolie paire de fesses d'une importante dose de semence ? A moins que vous êtes plus créatives et que vous avez d'autres idées en têtes ? N'oubliez pas, absolument tout ce qui vous passe par la tête pour la remplir est acceptable, oui tout !

    J'affiche toutefois une pancarte au sol, ou il est inscrit les choses suivantes : " 100 ryos pour la bouche, 200 pour l'anus. Cette somme vous donne le droit de la remplir de 50 cl ou 50 gr. " Bien sure pour les gourmands, il suffisait de payer autant de fois la somme que voulu pour s'amuser plus longtemps.

    Le jeu ne se terminera que lorsque qu'elle sera complètement remplie, la partie continueras tant qu'elle ne s'écroulera pas au sol, sous le poids de son ventre trop lourd pour qu'elle puisse se maintenir à quatre pattes. Vous avez la journée ! Amusez vous bien Dis-je en prenant une chaise, observant un peu en retrait mon nouveau jeu communautaire !
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Sam 7 Mai - 19:10
    Que s'était-il passé ? Difficile à dire. Tout semblait encore floue dans l'esprit de Saya qui reprenait à peine conscience... Elle se rappelait de tellement de choses. Son corps avait été prit dans un tourbillon de sensation. Si chaud... Elle se rappelait avoir senti le fessier du clone se coller davantage contre son visage, son nez plaqué contre l'entrée de son anus au travers du latex, le maudissant au passage tout en ne pouvant s'empêcher de l'apprécier tant le contact était hautement érotique. Elle se rappelait de sa poitrine aux tétons pointant. De cette sensation de perdre encore le contrôle de sa respiration, de n'avoir plus aucun souffle et de se débattre encore. Et puis il y avait la suite...

    Le moment où finalement, le clone explosa pour laisser place à de l'eau, l'arrosant, l'inondant. Loin de simplement la mouiller ou l'asperger, elle avait senti l'eau former une bulle autour d'elle, de son visage et de son cou. À peine le temps de reprendre une respiration qu'elle avait encore cessé de le faire. En apnée, elle se retenait de respirer de peur d'avaler de l'eau et de se noyer. Mais comment se concentrer sur ça alors que son bassin est occupée par un gode immense qui la comble et la fait mouiller plus que de raison. Elle est humide et les bruits qui résultent lui parviennent même là. Ou les imaginait-elle plutôt ? Incapable de le dire, elle s'en moquait. Elle sut seulement qu'il y eu un point de non retour et un point où elle jouit. Son corps se souleva un peu, à peine. Elle jouit encore et encore, arrosant probablement le bassin de sa tortionnaire, ses cuisses et le drape. Recouvrant sans le moindre doute cet imposant jouet qui lui avait donné autant de plaisir.
    Mais dans cet ultime plaisir, elle ouvrit la bouche, incapable de garder une telle durée sans oxygène. Malgré ses protestations et ses gigotements, rien n'était venu et elle sentit vite l'eau se déverser en elle. occupant sa bouche, sa gorge mais aussi sa trachée allant honorer de sa présence ses poumons. Ce fut trop et ce qui devait arriver arriva, la jeune femme perdit conscience...

    Voila les derniers souvenirs qu'elle avait. Quelques images de la scène alors qu'elle fut vite accaparée par autre chose. Ce qu'elle sentit, ce fut bien sur sa position. À quatre pattes, ses membres semblaient cerner par des accessoires qu'elle avait rarement vu. Elle a beau essayé, l'histoire de quelques instants, elle ne peut se redresser et doit rester dans l'une des plus belles positions qui soit. Enfin... Saya avait toujours apprécié d'être à quatre pattes. C'était tellement excitant. Devait-elle en être gênée ? Non. Le plus gênant était la légère brise qui vint caresser sa peau et la vision d'une place dans un village. Elle était nue, dehors, attachée et incapable de bouger. Mais pire encore, elle était bâillonnée. Incapable de refermer la bouche, cette dernière était grande ouverte. Offerte. À cette idée, un frisson la parcouru alors qu'elle sentait déjà des gouttes de salive perler le long de la commissure de ses lèvres. Mais plus important encore, son anus semble avoir subi le même traitement. Dilaté, offert et maintenu ouvert par un autre accessoire, elle ne comprends le tout que lorsqu'elle voit Amalia et l'entends.

    Petite chienne ? Un surnom qui la fait frémir. Humiliant ? Peut-être un peu, mais c'était ça qui était bon. Elle aurait pu aboyer pour elle. Mais là ? Inutile de dire que Saya essayait de se faire toute petite, essayant encore de se remettre de ce réveil en fanfare dans une situation des plus déplorables. Une situation qui s'empire alors qu'Amalia prenait la parole à l'attention de tous. Et quelle prise de parole. La kunoichi attachée n'en revenait pas ses oreilles. Elle l'offrait au village, à leur convenance. Bouche et anus se devaient d'être remplis par tout et n'importe quoi. Elle leur laissait le choix, ne demandant qu'à la remplir contre quelques pièces. Et il ne semblait y avoir aucune échappatoire. Bâillonnée, Saya ne pouvait supplier sa geôlière de ne pas faire ça. Et cela durerait jusqu'à la fin de la journée...

    Terrifiée, elle chercha du regard Amalia qui semblait avoir pris place sur une chaise tandis que déjà des hommes se rapprochaient. Fouinant dans leurs poches, ils sortirent quelques pièces qu'ils laissèrent avant de se tourner vers elle et de se déshabiller, juste assez pour sortir le principal. Aussitôt, Saya put sentir deux sexe se glisser en elle. Un entre ses lèvres, l'autre dans son anus. Fut-ce de la mauvaise foi que de dire qu'elle trouvait ce sexe puant, dégoutant et horrible pour rester plus général ? Peut-être, mais elle aurait parier que l'autre derrière elle n'aurait pas été mieux. Et ce qui devait arriver arriva. Ils se mirent à bouger, posant leurs mains sur ses hanches ou sur sa tête pour entamer des mouvements vigoureux et peu appréciables. Incapable de riposter, incapable de faire quoique ce soit, elle se laissa faire en espérant que cela se termine vite. Hélas, elle crut attendre une éternité avant de les sentir jouir. Refusant d'avaler, elle toussa comme elle put alors que la semence vint s'écouler le long de son menton, diffusant une odeur qui la fit grimacer. Mais ce n'était pas le pire. À peine l'homme s'était-il écarté qu'elle voyait déjà une queue se former derrière, plusieurs hommes attendant leur tour.

    Les choses s'enchainèrent et Saya se réfugia dans l'endroit le plus sur : son esprit. Abandonnant son corps à cette humiliation, elle se laissa faire, n'ayant de toute évidence pas grand chose à faire. Bien que, après deux ou trois personnes, ils comprirent qu'elle n'avaleraient pas, aussi la forçait-il en restant bien encré entre ses lèvres avant d'attendre qu'elle n'avale correctement. De quoi lui donner des envies de vomir tant les renvois étaient nombreux et des plus infects.
    La matinée était passée et midi pointait le bout de son nez. Avec tout ce temps, Saya n'aurait pu dire combien elle avait accueilli de sexe en elle. Combien de litre elle avait pu avaler ou à moitié recraché. Certains s'étaient même amusés et à un moment, elle avait cru sentir un autre liquide s'écouler par son fondement. Impossible de dire quoi. De l'eau ? Probablement... Un autre s'était lamentablement planté et lui avait à moitié jouit sur le visage. De quoi l'obliger à garder un œil fermer en permanence. Une chose était sure, la journée risquait d'être longue et malgré les quelques tentatives pour supplier Amalia d'un regard qui en disait long, elle semblait loin d'être finie.

    Le pire dans tout ça ? Et bien, Saya avait beau dire qu'elle détestait ce traitement. Elle avait beau être souillé et déjà bien rempli, son ventre réchauffé par une sensation de chaleur se diffusant légèrement, mais elle ne pouvait pas nier une chose. Elle avait joui déjà deux fois, incapables de réellement contenir l'excitation naturelle que ces traitements à répétitions procuraient. Honteuse ? Peut-être un peu, mais jouir avait été l'un des seuls baumes qui l'avait apaisée et qui l'avait rassurée. Au moins un peu... Maintenant, il ne restait plus qu'à savoir dans quel état elle serait après cet après-midi.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Dim 8 Mai - 16:53
    Une mignonne petite chatte ? Non, plutôt une grosse vache pleine de lait, au ventre gros et rond qui s'élargissait à vu d'oeuil. Avait-elle une limite ? Bon dieu, c'est que son ventre avait l'air si élastique ! A chaque fois que je pensais qu'elle était trop remplis le ventre lui, continuais de grossir jusqu'à en frôler le sol Les verges, les bouteilles d'eau... tours à tours la gorge et l'anus de la belle fut remplis de tout liquide possible. Un clan de quelques hommes un peu plus imaginative que les autres avaient même eu l'idée de remplir son anus d'un bon litre d'eau glacée... La réaction devant une température si glaciale ne se fit pas attendre. Je dus cependant stoppé le dernier homme qui, poussant le vise trop loin, avait défait sa braguette devant sa bouche et commençait à essayer de lui uriner dans la bouche.

    Hé ! Pour ce genre de choses y a un supplément !

    Poussant l'homme sur le côté qui semble me traiter de rabat-joie dans sa moustache, je décide d'entrer en scène à mon tours, donnant un grand coups de pieds dans le ventre de l'esclave aux cheveux écarlates, profitant avec extase de ce doux bruit sourd qui percute sa peau. c'était comme donner un coups de pieds dans un énorme ballon plein d'eau.

    Je prends le relais avant que ça ne devienne incontrôlable, si d'autres personnes comme cet homme tentent encore ce genre de choses ils pourraient se rebeller, et te voler sans que je ne puisse me défendre. J'ai beau être forte je ne voudrais pas attirer l'attention en tuant des civiles. Je vais donc leur offrir un nouveau spectacle.

    Je m'assois sur le dos de mon animal de compagnie, approchant encore son ventre du sol. Puis, d'un coups sec, je passe un nose-hook sur ses narines pour l'agripper et l'obliger à pencher sa tête en arrière. Dans l'autre main, une énorme bouteilles d'eau de deux litres, que je commence à vider cruellement dans sa bouche sans qu'elle ne puisse rien faire. Gloup, gloup, gloup... L'eau ruisselle à foison hors de ses lèvres et ses membres tremblent déjà à la moitié de la bouteille, elle est sur le point de tomber, son ventre devient trop lourd !

    Puis, ce qui devait arrivé arriva, le deuxième litres est presque totalement englouti alors que ses yeux ses révulsent lentement. L'eau passe de plus en plus mal, et les déglutisions exagéré de sa gorges entre chaque temps d'arrêt montrent l'état dans lequel elle se trouve. Sa limite est atteinte, et son gros ventre s'écrase sur le sol dans un bruit percutant qui en fait presque mal pour elle, bien que la voir gigoter au sol comme un animal n'arrivant pas à se redresser était jouissif.

    Debout !


    Je sors alors un fouet de mon sac et repose l'ordre une seconde fois, en infligeant un coups cinglant sur ses fesses bien dressées.

    J'ai dis debout !! Lève toi et saute sur place ! Saute sur place jusqu'à t'écrouler ou jusqu'à ce que tu urine tout ça ! Saute sous les rebond de ton énorme ventre jusqu'à ne plus avoir la force de le porter... Et seulement quand tu ne pourras plus tenir debout, alors seulement à ce moment ! Tu pourras me demander de t'épargner ton sort...

    Et si elle arrêtait de sauter sur place ou n'était pas assez rapide à mon gout, ce serait le fouet. Sur ses jambes, ses fesses, son ventre... elle en aurait des marques partout s'il le fallait.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 01/05/2016

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Prête à... servir ?
    Orientation Sexuelle: Homosexuelle
    Fantasmes:
    Iwa no Shinobi





    Saya Sasaki
    Iwa no Shinobi
    Lun 9 Mai - 11:42
    Le ventre rond, plein et lourd, Saya se demandait quand ce supplice arrêterait. On avait beau la remplir, son corps essayait de renvoyer tout ça alors que généralement, la moitié des liquides ressortaient en s'écoulant abondamment de ses orifices. Mais visiblement, on s'en moquait et on continuait pour le seul plaisir de la torturer. Respirer était difficile et pour s'épargner tout un tas de souffrances, la kunoichi était de se réfugier dans des pensées bien moins douloureuses. Hélas, elle fut bien vite rattraper par la réalité, encore une fois.

    Alors que le jeu semblait aller trop loin, Amalia était venue interrompre celui-ci. Un geste plus qu'apprécié de la part de Saya qui priait pour qu'elle annonce également la fin du jeu. Allait-elle la relacher, la laisser se vider de tout ces fluides et repartir ailleurs pour un peu de repos ? Du repos ? En voulait-elle réellement ? Son corps criait que oui, son esprit était encore curieux de savoir jusqu'où la perversion et le sadisme d'Amalia pouvait aller... Et à ce titre, elle ne put qu'être satisfaite. Le jeu ne semblait pas être fini, loin de là.
    Sa tortionnaire avait pris place sur son dos, augmentant le poids que le corps devait supporter, rapprochant son ventre du sol. Et puis, elle eut la tête relever par un nose-hook. Quelle surprise. Comment ? Comment avait-il su ? Le savait-elle ? Le nose-hook était un accessoire si peu utilisé et pourtant si excitant... Saya ne le disait jamais par peur d'être pris pour une folle ou un cas totalement désespéré voire même trop étrange au point qu'on la fuit mais, elle adorait cet accessoire. Usé avec sagesse, le sentiment d"humiliation grimpait en flèche et la faisait mouiller en permanence. S'il ne tenait qu'à elle, elle utiliserait sans doute plus souvent mais cela ne dépendait pas d'elle. Elle était néanmoins ravie qu'Amalia ne l'utilise, renforçant alors l'image de la femme parfaite. Enfin... Quelque chose du genre.

    Malheureusement, les réjouissances ne durèrent pas longtemps et malgré la grimace qui occupait son visage, la jeune femme put voir la bouteille d'eau qui ne tarda pas à venir se vider sur son visage, visant sa bouche en priorité bien que ses narines ne semblaient pas épargnées. Essayant d'avaler pour ne pas manquer d'air encore, elle fut bien vite pris de court et incapable de continuer plus longtemps. La sensation revenait alors à grands pas. le manque d'air, la sensation de se noyer. Ses yeux commencèrent à se révulser avant de se sentir relâcher. Tombant alors à terre, se rendant compte que son estomac avait déjà touché le sol, elle gémit doucement en recrachant un peu d'eau pour retrouver un peu d'air. C'est d'ailleurs à ce moment, quand son ventre semble se comprimer sous son propre poids qu'elle sent un liquide couler hors d'elle, souillant le sol et ses cuisses. Sa vessie était probablement trop pleine et elle était désireuse de se vider. Ce qu'elle ne tarda pas à faire, laissant Saya uriner sur le sol à la vue de tous. Inutile de penser à sa dignité... Elle s'en moquait bien. Sentant déjà son ventre la remercier de pouvoir se vider, au moins un peu, elle fut cependant bien vite rappeler à la réalité par un coup de fouet.

    La voix de sa tortionnaire revint alors, lui ordonnant de se mettre debout et de sauter sur place. Le faire jusqu'à s'écrouler ou uriner tout ce qu'elle avait en elle. C'était un traitement si étrange. Si humiliant. Gémissant alors qu'elle essayait de se redresser, peinant plus qu'elle ne l'aurait pensé, elle regardait sa maitresse et essaya de sauter dans cet accoutrement qui renforçait la difficulté déjà établie par son ventre. Ses jambes et ses bras lui faisaient mal, tremblant sous la tension exercée. Gémissante, il ne fut pas longtemps pour qu'elle ne s'écroule alors qu'à nouveau, elle sentait sa vessie se vider, ne s'arrêtant pas pendant de longues secondes. Cela faisait tellement de bien...
    Déglutissant, la bouche toujours ouverte, Saya ne bougeait plus pour le moment. Elle savait qu'elle subirait sans doute le fouet puisqu'elle n'obéissait pas aux ordres, mais elle n'en pouvait tout simplement plus. Elle n'avait qu'une envie, souffler un peu. Prendre une vraie et longue inspiration sans que son ventre ne lui donne l'impression d'être enceinte d'octuplé. C'était si lourd... Et dire que sa vessie la vidait à peine. Enfin, pour l'heure, bien qu'encore fébrile et faible, elle essayait de regarder dans la direction d'Amalia. Celle-ci allait abattre son fouet ou lui laisser une occasion de la supplier ? Bonne question... Elle était probablement prête à tout pour un peu de répit. Juste un peu.
    Revenir en haut Aller en bas





    Contenu sponsorisé
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Naruto Hentai
  • Histoires v1
  • -
    Sauter vers:
    La date/heure actuelle est Lun 24 Sep - 23:09