Revenir en haut Aller en bas

Naruto Hentai

Forum interdit aux moins de 18ans.

  • Histoires v1
  • Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Intrusion dans le repère d'une déserteuse vicieuse.

    avatar





    Invité
    Invité
    Mer 18 Nov - 1:33
    Cela devait être une simple mission de reconnaîssance, le genre de mission banal et ennuyeux que Rakka n'appréciait pas particulièrement. Mais c'était là le lot de la plupart des chuunins du village de Kumo en temps de paix. Bien que la menace vibrante de l'Akatsuki inquiétait le pouvoir en place, ainsi que les nations étrangères, aucune action vraiment significative n'avait été à noter dans le Pays de la Foudre. Mais le Raikage Aa était persuadé qu'un conflit ne saurait tarder à venir mais malgré son tempérament colérique, il ne pouvait pas infiltrer des ninjas chez ses voisins... du moins officiellement. Mais il veillait à ce que les frontières demeure inviolable... ou du moins qu'il soit averti des allers et venus sur le territoire.

    En théorie, Rakka devait demeurer en un point fixe pour surveiller les chantiers les plus populaires permettant d'entrer au Pays de la Foudre. Mais rester immobile aussi longtemps tenait de l'expérience insupportable pour la jeune kunoichi. Sentir toutes ces fourmis dans ses jambes... parfois littéralement car les insectes ne se privaient pour passer sur elle, c'en était trop !

    Elle préféra donc assurer son devoir d'une manière détournée, se promenant le long de la frontière. Parcourant tantôt des plaines, des bosquets, ou des chemins plus escarpés. Les paysages différents se multipliaient au sein de ces terres montagnardes. Tous plus agréable les uns que les autres, d'autant plus que le temps était au beau fixe !

    Mais à force d'explorer la région, Rakka finit par remarquer une étrange faille entre deux montagnes, couverte d'une végétation qui ne semblait psa être à sa place. Elle fut surprise de découvrir une porte ancienne menant vers les profondeurs de la terre. Cette découverte l'excita au plus au point ! On racontait qu'un ninja légendaire de Konoha s'était improvisé une multitude de repère au sein de différents pays, des laboratoires selon la rumeur.

    Elle commença donc à descendre le long de vieux escaliers, observant prudemment les parois rocheuses qui l'entouraient, s'évertuant à éviter tout piège. Les catacombes étaient relativement calmes, mais se caractérisaient par la présence d'autres portes menant vers d'autres escalier suivant la même direction vers les profondeurs obscures. C'était un peu lassant, mais Rakka se disait que le jeu en valait la chandelle, surtout que les murs étaient toujours pourvu de petites lampes, ce qui laissait supposer que cet endroit était encore actif ! Elle écoutait à chaque porte pour essayer de vérifier qu'aucun son ne lui parvenait. C'était le cas, cet endroit semblait calme... en tout cas il le sembla quand elle arriva à une ultime porte, donnant cette fois sur une étrange pièce. Plusieurs tables étaient présentes, certaines présentaient des cartes et des armes ninjas, chose assez conventionnelle. Mais d'autres, semblaient pourvus de fer, et de divers attirails qui n'évoquaient pas grand chose à Rakka. Des espèces de batonnets auquels étaient ratachés des tiges, des espèces de balle pourvues d'un ruban... ou encore des espèces de cercles en fer reliés par une chaîne.


    - Curieux...

    Marmonna t-elle en commença à fouiller à droite à gauche, emportée par la curiosité. Peut-être allait-elle découvrir des secrets de Konoha ? Pourquoi pas des échantillons d'illustres clans tels celui des Uchiha, ou encore des Hyuuga ? Mais c'était en laissant sa vigilance redescendre... les portes qu'elle avait franchi jusqu'ici étaient épaisses et ce n'était pas pour rien. C'était pour éviter qu'on entende quoi que ce soit de cette pièce... à l'extérieur.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Mer 18 Nov - 16:28
    Lugubre, humide. Ces souterrains étaient capable de refiler le cafard à n'importe qui, si bien que je me demandais quel genre d'homme ou de femme tordue avait pu y établir un repaire. Aujourd'hui visiblement ces longues galeries ornées de portes solides et d'éclairages rudimentaires étaient abandonnées, laissant à disposition les vestiges d'un repaire spacieux idéal pour servir de cachette. Derrière les portes, rien de bien fameux non plus et la façon dont les galeries avaient été creusé laissaient penser à un utilisateur de Doton. Seul deux pièces plus grande et élaborées rehaussaient l'intérêt, il s'agissait d'une sorte de laboratoire abandonnée et d'une grande salle ou plusieurs tables y étaient entreposés, ainsi que quelques chaines légèrement rouillées reliées au mur.

    Le climat et le laboratoire dévasté était non sans rappelée les vestiges d'un modèle de repaire bien connue. Orochimaru, le déserteur si connu et crains originaire de Konoha, avait parsemé aux quatre coins du monde ninja plusieurs planques pour établir ses recherches. Etais-je dans l'un de ces vestiges ? Ca en était presque excitant ! Mais maintenant, cette planque était mienne !

    Et comme toute mes propriété je me devais d'établir une surveillance, pas trop visible bien sure, il ne fallait aucun soldat à l'extérieur. Comme j'étais seule j'optais pour les bon vieux clones aqueux habituelles pour patrouiller d'une zone à l'autre. Il y en avait en tout 3 à l'intérieur, un dans le laboratoire, un à proximité de la grande pièce et un autre patrouillant hasardeusement dans les intersections des couloirs... Quant à moi ? Je me reposais dans une de ces grandes portes imperméables au bruit, allongée dans un lit encore heureusement en parfait état.

    Le manque de mission apparente m'avait offert cette journée de répit ou je songeais enfin à dormir, trouver le sommeil n'avait pas été facile ces derniers temps et c'est avec grande joie que je fermais l'oeuil... Enfin, l'espace de quelques heures du moins, jusqu'à ce que je reçoive une impulsion de chakra de la part de mon clone qui me réveilla aussi tôt. Cela ne pouvait dire qu'une seule chose, un intrus avait pénétrer la base souterraine !

    Merde... on peut jamais dormir tranquille.

    Rageant intérieurement je me levais en me saisissant de mes outils ninja. Une sacoche contenant Kunai et shuriken, ainsi que quelques rouleau et parchemins. Plus loin, mon clone se dévoile à l'invité surprise qui n'est autre qu'une... gamine ?! Hors de question toutefois d'y aller avec le dos de la cuillère je ne pouvais me permettre de me fier aux apparences, bien souvent trop trompeuses.

    Si ces choses t'intriguent tant je peux les essayer sur toi. Je suis sure que cette jolie boule rouge saura faire taire tes appels à l'aide

    De derrière un pilier, mon clone lui fait finalement face, portant les mêmes vêtements moulant que moi et ce même bruit de pas trahissant sa présence, celui des talons claquant sur le sol. Croisant les bras, je dévisage l'inconnue de haut en bas, scrutant les moindres armes qu'elle pouvait porter. Et ce qui frappait tout de suite était sa couleur de peau café, l'accusant de son affiliation au village de Kumo. Une espionne ? Ou une simple adolescente curieuse qui s'était baladé un peu trop loin ? Dans les deux cas la laisser repartir était impensable !

    Tu n'es pas la bienvenue sur mon territoire, et malheureusement pour toi je n'aime pas vraiment les intrus. Tu ne repartiras pas d'ici.

    Me saisissant d'un kunai je me dévoile un peu plus en sortant de l'ombre, montrant mon corps que la chaude lumière des torches éclaire, toisant ma tenue en latex d'un éclat brillant.

    Tu vois, ce serait plutôt embêtant si une fillette un peu trop bavarde dévoilait la position de ma cachette... Alors je dois m'assurer de ne pas te laisser cette possibilité, tu comprends ?

    Une autre porte se pousse dans un grincement long et appuyé avant de s'ouvrir, dévoilant mon corps, mon vrai corps cette fois qui entre dans la pièce à son tours, l'encerclant désormais entre moi et le clone aqueux.

    Retire lentement toute tes armes et jette les au sol, sans aucun gestes brusque.

    Par pure sécurité et peut être aussi par paranoïa trop pointilleuse... j'avais placé quelques pièges près de la sortie de la grotte avant de venir à elle, pour être sure qu'elle ne s'échappe pas au cas ou elle réussissait à se faufiler comme une anguille.

    Si je ne me trompe pas du es de Kumo, et tu semble bien trop jeune pour capturer une déserteuse de mon rang... Impossible que ton village t'ai confié ce genre de mission. Alors dis moi ce que tu fais ici ? Et je veux la vraie version, pas celle de la petite fille perdue... Tu en regretterais les conséquences.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Mer 18 Nov - 19:25
    Rien ne semblait vraiment sortir du lot au cœur du joyeux désordre que constituait cet ancien laboratoire. Ou tout du moins, rien qui ne saurait s'avérer utile ou précieux aux yeux de Kumo. Pourtant Rakka s'évertuait à regarder les diverses choses éparpillées ici et là sous différents angles, se demandant parfois à quoi ça pouvait servir. Elle avait pris en main une autre de ces curieuses balle-collier, perplexe, se disant au préalable que c'était probablement une sorte de boule à thé. Pour sûr, cette kunoichi était un peu trop ingénue pour ce monde. Trop ingénue et bien entendu, trop curieuse, suffisamment pour s'attirer des ennuis.

    Malgré sa vigilance initiale, elle avait été vite emportée pour son envie de découverte et avait négligé la présence d'une observatrice silencieuse. Ou plus exactement, une réplique de cette qui avait élu domicile dans ces catacombes. D'abord calme et paisible, le clone se contenta d'observer l'intruse en envoyant des signaux psychique à sa créatrice avant de finalement réveler sa présence en faisant entendre sa voix qui manifestait son irritation.


    - Si ces choses t'intriguent tant je peux les essayer sur toi. Je suis sure que cette jolie boule rouge saura faire taire tes appels à l'aide.

    La réplique de la maîtresse des lieux sortit alors de sa cachette, de derrière un pillier forgé dans la terre, peut-être intialement formé avec une technique doton. Toujours est-il que ses pas raisonnaient au gré de ses talons particulièrement prononcée. Rakka arqua les sourcils en découvrant son interlocutrice, une jeune femme aux cheveux blond comme les blés qui se caractérisait par sa tenue peu conventionnelle, et aussi par des yeux azurins, certes jolis mais qui laissaient deviner une certaine fatigue.

    Bien que les paroles de cette personne ressemblaient à des menaces, Rakka ne sembla pas s'en soucier outre mesure, elle se contenta de faire tournoyer la petite boule rouge entre ses doigts, toujours avec cette expression interrogative sur le visage.


    - Tu n'es pas la bienvenue sur mon territoire, et malheureusement pour toi je n'aime pas vraiment les intrus. Tu ne repartiras pas d'ici.  Tu vois, ce serait plutôt embêtant si une fillette un peu trop bavarde dévoilait la position de ma cachette... Alors je dois m'assurer de ne pas te laisser cette possibilité, tu comprends ?

    L'étrangère aux cheveux blonds s'avança alors kunai en main. Rakka se retint d'esquisser un sourire moqueur en la voyant approcher, elle assimilait le potentiel destructeur du kunai à celui d'un couteau à beurre quand il était ainsi utilisé telle une arme blanche. Mais la chuunin de Kumo leva les mains en adressant un sourire forcé à sa semblable, faisant mine de se rendre bien que fondamentalement, elle ne se sentait pas vraiment au pied du mur. Cette jeune femme à la tenue luisante semblait sous-estimer sa capacité à se défendre, et il est vrai que poitrine à part, Rakka était plutôt menue. C'était donc assez difficile d'estimer ses capacités à neutraliser quelqu'un par la force physique.

    Mais la situation n'était pas si simple, car la véritable maîtresse des lieux fit son entrée en poussant une lourde porte donnant sur une pièce que Rakka n'avait pas eu le temps d'explorer. Les deux blondes veillèrent à se rapprocher par deux angles différents, rendant plus facile une prise en tenaille de leur victime. Ce n'était pas encore critique, mais Rakka n'avait aucune idée des capacités de cette personne en corps à corps. L'avoir par surprise était encore possible, mais la prudence était de rigueur.


    - Retire lentement toute tes armes et jette les au sol, sans aucun gestes brusque.

    Suivant les instructions de l'inconnue, la kunoichi à la peau couleur café détacha sa besace pour la déposer au sol avec les quelques shurikens et kunais qu'elle contenait. Elle fit de même avec l'étui accroché à sa jambe qui contenait d'autres armes de jet similaires.

    - Allons allons... on peut discuter ?

    Affirma t-elle en levant les mains devant elle pour feindre le fait de se rendre, montrant qu'elle n'était pas armé. Bien entendu, Rakka considérait son corps comme une arme et n'était pas vraiment effrayé, et ça se sentait un peu dans son attitude... qu'on pouvait aussi prendre pour de l'insolence.

    - Si je ne me trompe pas du es de Kumo, et tu semble bien trop jeune pour capturer une déserteuse de mon rang... Impossible que ton village t'ai confié ce genre de mission. Alors dis moi ce que tu fais ici ? Et je veux la vraie version, pas celle de la petite fille perdue... Tu en regretterais les conséquences.

    Rakka arqua les sourcils en entendant sa semblable se présenter telle une déserteuse, une autre ninja donc. Rares étaient ceux qui pouvaient survivre longtemps en ayant fui leur village d'origine, mais c'était assez difficile à déterminer ici, cette femme n'était pas du Pays et avait pu subsister simplement par chance en réussissant à s'expatrier, déterminer son niveau était délicat. La chuunin de Kumo haussa donc les épaules en révélant ce qu'elle pouvait se permettre de dire.

    - Eh bien... non, je ne suis pas affiliée aux chasseurs de renégats de Kumo. J'étais supposée faire de la reconnaissance le long de la frontière et je suis tombée sur ton repère par hasard. Je ne suis pas vraiment perdue, mais ma présence ici est bel et bien un malentendu.

    La jeune kunoichi à la peau brune scruta son interlocutrice de la tête aux pieds, tout en gardant malgré tout un œil sur son clone en faisant remarquer.

    - De toute façon, vous connaissez Kumo. On peut aller jusqu'au bout du monde pour traquer nos déserteurs, mais ceux des autres villages... on s'en fiche ! En tout cas, je suis rassurée, cet endroit n'est pas une base d'un village ninja ennemi.

    Elle élargit son sourire, se voulant plutôt sympathique avec sa semblable. Malgré ses frasques, Rakka n'était clairement pas du genre belliqueuse, même si la blonde semblait plutôt menaçante, elle n'avait pas encore fait montre d'hostilité. Et la chuunin de Kumo pouvait comprendre la prudence appliquée par une déserteuse. Elle se mit toutefois à reculer spontanément, cherchant à s'éloigner des clones jusqu'à se cogner contre un mur.

    - Moi comme Kumo, on n'a pas de raison de s'intéresser à toi, sauf si tu me gardes ici. Mais tu ne le feras pas après tout alors inutile de t'affoler, t'es pas bête, tu devrais plutôt prendre le temps d'aller te rhabiller un peu. Au fait, c'est des sous-vêtements étrangers ? C'est marrant comment ça brille... m'enfin bref, vous devez avoir froid comme ça avec tous ces courants d'air !

    Si cela pouvait ressemblait à une moquerie, la question et le concernement de Rakka étaient sincères. Malheureusement, les risques que ses paroles soient mal interprétées étaient bien présent. Pour sûr, elle n'allait pas forcément se sortir d'ici par la diplomatie...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Jeu 19 Nov - 12:08
    " Ton repère " ? A quel moment lui avais-je permis de me tutoyer à celle là ? Encore une adolescente téméraire qui se croyait tout permis et se complaisait dans un bain d'insolence. Elle voulait jouer à ça ? J'allais la remettre à la place qui lui était dut si ses parents en étaient incapables !

    Pour commencer j'exige un peu plus de respect venant de toi, il ne me semble pas qu'ont se connaisse assez pour que tu puisse me tutoyer...

    Et encore, elle poussait bien plus loin en critiquant ma tenue vestimentaire, retourner me rhabiller ? Elle se foutait de moi là ? Elle voulait mourir celle ou quoi ! Il fallait que je me contienne, que je me retienne de lui administrer une gifle assez magistrale pour marquer son jolie visage brun, sur lequel la marque rouge de mes cinq doigts s'imprimerait. Mais cette salle garce le sentirait passé plus tard, une fois maitrisée et prête à l'interrogatoire... Oh oui, je m'en réjouissait tellement rien que d'y penser !

    Malentendu ou non Je n'ai envie de prendre aucun risque, je n'ai rien à y gagner à te laisser partir, à part éviter le courroux vengeur de Kumo ? Oh mon dieux... comme j'ai peur... Il me suffira de me déplacer et d'établir un repaire sur une autre frontière, une fois que je t'aurais maitriser...

    Elle recule, désarmée, surement sans défense, je m'en lèche le contours des lèvres en la suivant d'un pas lents sans la quitter des yeux. Je ne sens aucune autre présence autours de moi, il s'agit donc probablement de la vraie et pas d'un clone et la situation est propice à la capture. Ainsi contre le mur, elle ne peut plus reculer et je commence à attirer l'attention sur la clone pour qu'elle oublie mon vrai corps quelques secondes... De précieuses secondes qui me serviraient à incanter des signes.

    - Moi comme Kumo, on n'a pas de raison de s'intéresser à toi, sauf si tu me gardes ici. Mais tu ne le feras pas après tout alors inutile de t'affoler, t'es pas bête, tu devrais plutôt prendre le temps d'aller te rhabiller un peu. Au fait, c'est des sous-vêtements étrangers ? C'est marrant comment ça brille... m'enfin bref, vous devez avoir froid comme ça avec tous ces courants d'air !

    Je n'ai aucun compte à te rendre sur ma tenue petite peste, ce n'est pas fait pour les enfants de toute façon alors tu ne peux pas comprendre le plaisir de ce toucher. Tu as le temps de grandir encore un peu avant de le découvrir... Enfin, si tu as l'occasion d'échapper à mes griffes un jours !

    Tandis que les paroles étaient concentrées par le clone je formais des signes de mon vrais corps et des liens aqueux sortaient de la terre à toute vitesse, plaquant ses bras, ses jambes, et à moitié sa gorge contre le mur, comme des chaines.

    Je crois que tu es acculée. Pour information sale peste, je suis Amalia Amaretsu, déserteuse du village de Kiri... Ancienne Juunins et membre des interrogatoires... Si ça peut te donner une idée de ce qu'il va advenir de toi.

    Comme elle venait de Kumo, je partais du principe qu'elle utilisait le raiton, il y avait en tout cas de grandes chances. C'était certes l'élément faible contre mon suiton mais l'écart d'expérience me donnerait à coups sure l'avantage, seul une maitrise avancée en Taijutsu pouvaient briser de manière sure ces liens basiques... J'étais loin de me douter de ses compétences réelles.

    Pour être sure que tu ne me mens pas je vais devoir te bousculer un peu tu comprends ? Et tu va commencer par me dire ton nom, ton grade... Enfin tout sur toi en réalité ! Je veux aussi savoir qui est au courant de ta présence ici...

    Profitant de son manque de mouvement, je lui colle une petite gifle pour toute ces vieilles remarque sur ma tenue et ce manque de respect à mon égard, replaçant aussitôt son visage face à moi en pressant légèrement ses joues, admirant ses deux joyaux pourpres en guises de pupilles... Un sourire se dessinait le long de mon visage alors qu'elle pouvait sentir sur sa peau cette matière encore inconnue pour elle, grâce à mes gants sur son visage, qui la lâchait un instant plus tard. Il aurait été difficile de répondre à mes question si je continuais cet empoignade !

    Je te conseil vivement de faire attention à ce que tu dis, comme tu peux le voir j'ai une affinité liée au suiton et je prendrais un malin plaisir à t'enfermer dans une bulle d'eau pour t'y torturer... si tu n'es pas assez obéissante.

    Avec tout ça j'avais presque oublié de lui arracher des mains la ball-gag qu'elle s'était amusée à tripoter. Je la lui arrachait alors lentement avec un sourire, caressant sa main jusqu'à lui en extirper le bâillon.

    Ca aussi c'est un jouet pour les grands... Tu n'en a pas l'utilité
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Jeu 19 Nov - 20:02
    Loin de calmer son interlocutrice, les paroles maladroites et trop familières de Rakka tandirent au contraire à attiser les tensions entre elles. Bien que la chuunin de Kumo ne souhaitait nullement chercher la bagarre, la suite des évènements risquait de l'y encourager. Profitant de son avantage tactique, essentiellement basé sur le nombre et le caractère exigu des souterrains, la déserteuse resserrait peu à peu l'étau du piège qu'elle réservait à sa visiteuse. Ruse qu'elle considérait déjà comme inévitable, sous-estimant quelque peu les capacités de chuunin en face d'elle.

    Il est vrai que cela semblait bien engagé, littéralement dos au mur, Rakka n'avait pas beaucoup d'option de fuite à moins de se débarrasser d'au moins une de ses assaillantes. Mais la maîtresse des lieux ne comptait pas lui laisser la moindre chance, elle usa de sa dextérité pour composer quelques mudras que ne perçut pas la jeune ninja de Kumo qui, ni une ni deux, se retrouva les quatres membres immobilisés contre le mur par des filaments d'eau consolidés, telles des chaînes inébranlable.

    Rakka fut effectivement surprise de se retrouver ainsi entravée par une technique effectuée aussi prestement par son opposante qui jubilait déjà, tandis qu'elle se présentait sur un ton presque dramatique.


    - Je crois que tu es acculée. Pour information sale peste, je suis Amalia Amaretsu, déserteuse du village de Kiri... Ancienne Juunins et membre des interrogatoires... Si ça peut te donner une idée de ce qu'il va advenir de toi. 

    La première réaction de Rakka, entre deux regards portés à ses bras et jambes bloquées, fut un haussement de sourcil interrogatif. Si cette personne souhaitait tant que ça rester inconnue au bataillon, le mieux était encore de ne pas divulguer autant d'informations sur son compte. Bien entendu, Amalia croyait avoir gagné et cela aurait été vrai dans la majorité des cas. Mais manque de chance, elle était tombée sur une demoiselle à la fois talentueuse en taijutsu et en ninjutsu élémentaire du doton. Soit deux éléments susceptibles de l'aider à échapper à une technique suiton, aussi retorse soit-elle.

    - Pour être sure que tu ne me mens pas je vais devoir te bousculer un peu tu comprends ? Et tu va commencer par me dire ton nom, ton grade... Enfin tout sur toi en réalité ! Je veux aussi savoir qui est au courant de ta présence ici...

    Le principal problème qu'avait Rakka ici était son incapacité à clairement évaluer le potentiel de son adversaire. Car même en ayant l'avantage élémentaire sur le ninjutsu, elle était loin d'être sure de pouvoir lui tenir tête dans un combat prolongé. Sa meilleure option semblait être la fuite, mais elle devait attendre le moment opportun pour profiter de l'effet de surprise et ne laisser aucune chance de la rattraper à cette renégate de Kiri. Quand bien même c'était le repère de cette étrangère, l'environnement ne l'avantageait pas vraiment, même si la présence d'eau dans le sol était possible, y accéder n'était pas forcément facile, ce qui ne permettait pas aux techniques suiton d'être utilisées à leur plein potentielle. Par conséquent, détruire ces curieuses entraves d'eau par la force brute était tout à fait envisageable. Mais Rakka préféra encore attendre, en particulier quand elle vit Amalia, ou son clone, c'était difficile à déterminer, se rapprocher d'elle. C'était peut-être la parfaite opportunité qu'elle attendait !

    La renégate de Kiri commença par lui donner une petite giffle, rien de bien aggressif, c'était plus proche de ce qu'on donnait aux enfants capricieux pour les remettre à leur place sans leur faire véritablement mal. Dans le cas de Rakka, cela l'incita surtout à perdre son sourire pour adopter une moue boudeuse alors qu'elle défiait sa geolière d'un regard froid. Regard qui tendit à perdre cette teneur amer quand elle sentit les mains gantés d'Amalia s'apposer contre ses joues, le latex conférait à ce toucher un étrange mélange de température, froid au premier abord, puis se réchauffant rapidement tandis que les mains s'attardait sur sa peau. Amalia semblait ravie d'avoir entre ses mains de quoi se rappeler ses interrogatoires pour le compte du village de Kiri, une perspective qui conférait à son visage un large sourire.


    - Je te conseil vivement de faire attention à ce que tu dis, comme tu peux le voir j'ai une affinité liée au suiton et je prendrais un malin plaisir à t'enfermer dans une bulle d'eau pour t'y torturer... si tu n'es pas assez obéissante.

    La blonde retira ses mains du visage de Rakka pour aller quérir la petite ball-gag que la jeune chuunin avait précédement observé avec curiosité, non pas sans en profiter pour lui flatter le dos de la main, ce qui fit ciller Rakka tandis que sa geolière lui glissait sur un ton moqueur.

    - Ca aussi c'est un jouet pour les grands... Tu n'en a pas l'utilité.

    Proche et avec une main occupée, c'était le moment idéal ! Rakka fit alors mine d'afficher une expression déconfite sur son visage, feintant la peur alors qu'elle marmonnait tout bas. Voyvoyant son interlocutrice pour endormir un peu plus sa vigilance.

    - Vous avez raison... contrairement à moi, vous êtes une adulte...

    Elle baissa la tête et prit une forte inspiration qui aurait pu être interprété comme une tentative pour se calmer ou refouler des larmes. Le but était pourtant tout autre, concentrer du chakra dans son œsophage pour user d'une des rares techniques de doton qui ne nécessitait pas de mouvement de main pour être utilisée. Rakka releva alors la tête, souriant malicieusement de toutes ses petites dents blanches.

    - … Et tu parles trop.

    Rakka fit détonner son chakra qui remonta le long de sa gorge, ses joues se gonflèrent en une fraction de seconde avant qu'elle ne crache une boule de boue, à peu près de la taille d'un petit ballon à la face de sa geolière. Ce n'était en aucun cas dangereux, cela servait simplement à aveugler quelqu'un en jouant sur l'effet de surprise, un laps de temps très court mais suffisant pour que Rakka arrache ses mains aux liens aqueux, pour enchaîner sur les pieds ce qui lui permit de foncer vers le clone qui demeura hébété, partageant vraisemblablement la surprise de celle qui l'avait créé. Là encore, Rakka ne fit pas démonstration d'une grande brutalité, elle se contenta d'une balayette pour neutraliser cette réplique qui, plus faible que l'original, retourna à son état liquide en chutant au sol. Rakka riva son regard vers la sortie, elle devait s'y engouffer au plus vite ! Mais juste avant, elle hurla à plein poumons.

    - J'espère que tu es prête car j'arrive te dérouiller !

    Sur ces mots, elle fracassa d'un coup de pied une table à sa portée, faisant volontairement beaucoup de bruit pour effrayer sa geolière. Aveuglée et surprise par ses représailles, elle devait être confuse et entendre ça risquait de déclencher des réflexes défensifs chez elle. En d'autres termes, elle risquait plus de se protéger que de chercher à courir après sa cible. Chose sur laquelle comptait Rakka pour prendre de l'avance, elle n'avait pas véritablement l'intention de lui faire du mal. En tout cas, cela montrait que si Rakka pouvait se montrer ignorante, elle pouvait toutefois faire preuve d'une ruse assez inattendue. En tout cas, la chuunin de Kumo aurait surement réussi à s'échapper, si Amalia n'avait pas pris la précaution de piéger la porte menant vers les escaliers de sortie. Dès que Rakka posa sa main sur la poignet, elle entendit une espèce de click avant qu'elle ne sente une sensation froide s'appliquer sur ses pieds. Ne cherchant pas à comprendre, elle ouvrit la porte et s'élança dans une foulée véloce ! … Du moins c'était son plan, avant qu'elle ne réalise que ses pieds était collés au sol par une étrange substance gluante projetée par un ingénieux mécanisme à la base de la porte. Emportée par son élan, Rakka chuta lourdement au sol, amortissant de justesse sa chute de ses mains. Il lui restait toutefois l'usage de ses mains, elle commença à composer quelques signes... espérant avoir le temps de les achever. Mais c'était sans compter la présence des autres clones d'Amalia qui allaient surement rappliquer pour l'empêcher de réussir son évasion.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Ven 20 Nov - 13:22
    Tenue solidement au mur, dans l'incapacité de bouger, tout était parfait ! Impossible que la jeune ninja de Kumo ne puisse s'en défaire, après tout... Elle paraissait bien trop jeune et insouciante pour garder une botte secrète. Voila d'ailleurs que son regard fuyait, elle paniquait ? Cherchait une autre échappatoire ? Ne plus affronter mon regard n'allait en rien l'aider à se sortir de là... Dommage qu'elle toutefois qu'elle abandonne si vite.

    La réalité aurait pu être celle-ci, ça aurait été simple, trop simple même peut-être pour que ce soit vrai et ce n'est que lorsqu'elle ouvrit la bouche pour m'accabler d'une nouvelle raillerie que je commençais à me douter de quelque chose. Si elle se permettait ça c'était surement qu'elle pouvait se le permettre ? A moins qu'elle ne soit complètement stupide et intrépide, sans aucune notion du danger comme beaucoup de jeunes ninja de notre époque. J'optais pour la deuxième option jusqu'à ce que...

    Ah !! Putain !!

    Un jet d'encre ? Non de boue vu l'odeur, et difficile de voir correctement avec ce qu'elle m'as envoyé en pleine figure, j'en ai de partout dans les yeux ! Merde, elle va surement attaquer je dois me tenir prête, je dois adopter adopter une posture défensive et contrer ses coups en suivant les sons. Il fallait se concentrer. Plus loin, une table se brise, par réflexe je me retourne et protège mon visage avec mes bras mais rien, aucune attaque, aucun coups... Encore de sale paroles de sa voix énergétique et agaçante.

    - J'espère que tu es prête car j'arrive te dérouiller !

    La voix provenait de devant la porte du hall, avant que les bruits de pas ne s'échappent à l'allure d'une course. Merde l'enflure, elle ne cherche pas à se battre elle s'enfuit ! Heureusement que j'avais posé un piège mais à savoir combien de temps celui-ci allait la retenir, je devais me dépêcher de nettoyer mon visage ! Avec une technique aqueuse je me débarrasse de la boue et lave mes yeux avant de les ouvrir, légèrement rouges à cause de la boue que j'avais reçu en plein dedans. La peste, elle allait me le payer, j'étais dans une colère noire et mon poing se serait...

    Plus loin, les deux clones restant respectivement dans le laboratoire et dans le couloir partaient à la poursuite de la Kunoichi, visiblement bientôt prise au piège. Ahah, dans sa précipitation elle n'avait même pas pensé que cette petite flaque d'eau au sol était en réalité un piège... Un piège banale et qui allait pourtant lui être fatale.

    Ainsi collée, les deux clones ont vite raisons d'elle et lui saute dessus pour l'immobiliser au sol, l'un d'eux totalement appuyée sur son dos, poitrine écrase contre elle et mains appuyant sur sa tête pour que tout son corps ne soit collé sur la technique aqueuse gluante. L'autre lui écrase un de ses poignets contre le sol pour être sure qu'elle ne le lève pas pour former des signes, et aussi pour lui offrir une certaine douleur vengeresse. Captant cette information, mon véritable corps se met en marche, un sourire sadique se dessinant sur mon visage... J'avais atteint le point de non retour et il n'était plus question de l'interroger sur ce qu'elle faisait ici... Je voulais simplement lui rendre la monnaie de sa pièce, en pire bien évidemment !

    Là, petite peste ! Je suis vraiment énervée tu sais ?

    La voix raisonne dans le couloir, au rythme des talons de mes cuissardes claquant sur le sol, sensuellement, lentement. Peu à peu, ma silhouette se dessine dans l'obscurité, dessinant mon visage mouillé et ce sourire de satisfaction carnassier presque inquiétant. Elle était la proie et le requin était prêt à mordre.

    Tu y aurait bien plus gagné à coopérer. Maintenant, je ne te laisserais jamais partir d'ici !

    Le clone utilise un fin fil ninja très solide pour lier ses deux poignets derrière le dos, faisant 3 noeuds pour être bien sure qu'elle ne puisse s'en défaire. Vient ensuite le tours de ses jambes, gratifiées du même résultat au niveau des mollets et des cuisses. Je pouvais désormais briser ma technique en me dirigeant de mon vrais corps devant elle, relevant sa tête en tirant sur ses cheveux, léchant mes lèvres tel une carnivore.

    Tu as voulu jouer avec le feu... Voila que tu viens de te brûler maintenant...

    Jouant avec la ball-gag rouge qui avait attisée sa curiosité, je décide finalement de la lui mettre de force dans sa bouche, en attachant solidement la lanière en cuirs derrière sa tête. Parfait, les risques étaient maintenant moindres et avec cette chose entre les lèvres elle pouvait toujours essayé de crier ou de cracher sa boue.

    Conduisez là dans une chambre, et si elle essaye de se débattre et bien... N'hésitez pas à utiliser un peu la force.

    La prisonnière est conduite dans une des chambres dont le milieu de la porte est orné de barreau, une ancienne salle de prison évidente. Elle y est trainée de force et balancée sans ménagement, la laissant seule à l'intérieur avec moi. Toujours avec le même je la regarde un petit moment avant de me mettre à genoux, au même niveau que son corps allongé. L'instant d'après, ma main gantée caresse son visage puis vient sans crier gare pincer cruellement son nez, lui interdisant de respirer.

    Je pourrais jouer à ce petit jeu sans m'en lasser

    Je garde la pression durant un moment que je ne comptais plus, jusqu'à ce que ses joues en devienne rouge en tout cas. C'est que la petite peste était sacrément résistante mine de rien ! C'est bien ce qui m'amusait et qui me donnait envie de ne rien lâcher. Bien au contraire... Je continuais jusqu'à ce que le besoin intense de respirer ne se marque sur son visage... Avant de finalement lâcher prise en me levant, tournant vers la porte pour sortir de la pièce avec comme seuls mots avant de la refermer :

    Nous nous verrons demain matin... Bonne nuit petite peste.

    Sauf si j'avais envie de me lever durant la nuit pour aller assouvir ma colère...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Ven 20 Nov - 15:05
    Tout sembla s'accélérer dès l'instant où Rakka se retrouva au sol à essayer de s'extirper du piège d'Amalia. Les clones de cette dernière furent sur elle en un clin d'oeil, le premier l'écrasant de tout son corps la fuyarde pour l'immobiliser net, et la seconde abattant une semelle de sa botte sur son poignet pour prévenir de toute utilisation de ninjutsu. Les choses étaient pliées, Rakka avait raté sa tentative de fuite et se retrouvait totalement impuissante, enrageant au sol tandis qu'elle essayait en vain de se mouvoir.

    - Là, petite peste ! Je suis vraiment énervée tu sais ? 

    Les talons d'Amalia résonnèrent tel un glas funeste pour la chuunin de Kumo, se rapprochant lentement, promettant de funestes représailles. Pour autant, Rakka riva son regard déterminé dans sa direction. Qu'importait les mises en scène de sa geôlière, elle refusait de se laisser gagner par la peur. Elle la regarda avancer en conquérante dans sa direction, le sourire altier de la déserteuse de Kiri en disait long sur la satisfaction qu'elle éprouvait en voyant sa victime privée de tout mouvement.

    - Tu y aurait bien plus gagné à coopérer. Maintenant, je ne te laisserais jamais partir d'ici !

    Rakka fronça les sourcils, prête à répondre, mais ne laissa échapper qu'une petite exclamation de surprise alors que les clones usèrent brusquement de liens pour la ligoter. Poignets, mollets et cuisses étaient ainsi reliées et serrés contre leur jumeau. Rendant toute capacité à bouger pratiquement nulle, même en dehors de la gélatine collante qui avait piégé la malheureuse chuunin de Kumo.

    - Tu ne t'en sortiras pas comme ça ! Tu vas attirer plus de visiteurs en me gardant ici, Kumo s'interrogera vite sur la disparition d'un de ses chuunins !

    Malgré le bon sens apparent de ces mots, Rakka était quelque peu naïve de croire cela. Son visage était méfiant depuis quelques temps, mais ne s'embarrassait pas nécessairement d'enquête approfondie en cas de disparition d'un de leur membre. Le Pays était dangereux, si bien que la nature emportait parfois quelques jeunes recrues dans la tombe prématurément. Ils risquaient fortement d'arriver à cette conclusion s'ils ne trouvaient aucune trace de Rakka.

    - Tu as voulu jouer avec le feu... Voila que tu viens de te brûler maintenant...

    Ne se souciant guère des avertissements de sa prisonnière, Amalia se contenta de lui sourire, sa ball-gag dans la main. Rakka arqua un sourcil puis écarquilla les yeux en sentant son autre main lui saisir les cheveux, comprenant alors ce que sa geôlière voulait faire. Elle secoua la tête pour essayer d'échapper au baîllon, mais un clone lui immobilisa vite le crâne et malgré sa volonté de garder la bouche fermée, l'autre réplique lui pinça le nez pour l'inciter à l'ouvrir tôt ou tard. Ainsi, Rakka ne put échapper à son triste sort de prisonnière privée de ses mouvements autant que de sa parole.

    La prisonnière fut ensuite transportée par les clones dans une partie isolée du souterrain, des cachots sans aucun doute à en croire l'atmosphère morbide qui y régnait. On finit par ouvrir une porte, plutôt dans le fond du couloir, pour y balancer Rakka sans la moindre délicatesse. Elle heurta le sol glacé lourdement, sans se faire trop mal bien que la chuunin se sentait gravement blessée dans son orgueil. Elle se maudissait pour avoir été négligeante quant à ce qui jonchait le sol des catacombes. Cette espèce d'eau bizarre lui aurait sauté aux yeux si elles ne s'était pas précipité bêtement sur la porte.

    Tandis qu'elle se lamentait, Amalia entra dans la cellule, toujours le sourire aux lèvres. Elle vint s'allonger face à Rakka qui se contenta de froncer les sourcils, regrettant de ne pas pouvoir à nouveau lui cracher à la figure. Puis elle sursauta en sentant la main de la geôlière lui effleurer la joue, la matière qui composait ses gants avaient définitivement une texture étrange. Mais la curiosité de Rakka laissa vite place à la surprise quand elle se sentit soudainement privée d'oxygène, les doigts fuselés d'Amalia lui obstruait les narines, laissant présager l'augure d'une potentielle mort affreuse. Rakka commença par secouer vigoureusement la tête, inutilement, puis se calma, bougeant le moins possible pour économiser son air.


    - Je pourrais jouer à ce petit jeu sans m'en lasser

    Un instant... un moment... puis quelques minutes... avant que cela ne devienne insupportable ! Les yeux de Rakka commençait à s'écarquiller d'effroi, tout son organisme réclamait de l'oxygène. Ses pensées devenaient plus diffuses alors que que son esprit commençait à se résoudre à un trépas imminent. Puis ce fut la libération ! Amalia lui rendit finalement son nez qui se gorgea aussitôt d'air. Rakka prit de forte inspirations repétées, ne sachant si la renégate de Kiri allait recommencer ou non. Mais cette dernière se contenta de se lever en silence pour se dirigea vers la porte, prononçant ces seules paroles qui raisonnèrent en un écho funeste dans la tête de la prisonnière.

    - Nous nous verrons demain matin... Bonne nuit petite peste.

    La cellule fut de nouveau bouclée, à peine éclairée par les torches du couloir extérieur. Rakka se retrouvait seule, là où nul ne saurait venir la chercher. Elle aurait pu se laisser aller à des larmoiements pitoyables. Mais la jeune ninja était d'un naturel optimiste, ses seules pensées en cet instant furent.

    *Demain est un autre jour...*

    Elle rampa d'abord un peu partout dans la pièce à la cherche d'éléments susceptibles d'aider une évasion future. Mais elle ne trouva rien d'intéressant, Amalia pouvait-être distraite dans ses élans sadiques mais n'était pas pour autant négligeante. Elle était trop satisfaite d'avoir capturé ce petit oisillon pour le laisser s'envoler si facilement. Rakka alla donc se glisser contre le mur dans un coin, se redressant tant bien que mal pour dormir dans une position à peine plus confortable. La nuit risquait d'être longue... et pénible... mais elle devait en profiter malgré tout pour regagner des forces. Demain sera un autre jour... où une autre opportunité d'évasion se présentera peut-être ? Elle devait se tenir prête...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Sam 21 Nov - 21:55
    C'était moins une, sans le piège j'aurais eu le droit à une véritable armée à mes trousses ou à un pass pour changer de cachette ! Heureusement la petite peste était maitrisée, solidement ficelée et bâillonnée dans les plus grandes règles de l'art. Aucun sons ne sortirait de sa bouche et aucun signes ne pouvait plus être composé. J'avais même pris les devant en postant deux clones devant la cellule ainsi qu'un autre pièges, dans l'impensable cas ou elle trouverait un moyen de s'enfuir. Cependant, malgré ma fatigue avancée, impossible le soir venue de ferme l'oeuil. Les images de c jet de boue ne plein visage, de cette humiliation subit par une simple gamine de bas étage... Comment cela avait-il pu se produire ? Comment cela avait-il pu arriver à moi, une déserteuse d'expérience habituée à bien pire que ça. Bordel ! Je ne pourrais décidément pas trouver le sommeil tant que je ne me serais pas occupé d'elle !

    D'un pas affirmé qui faisait ma marque je me dirigeais vers la cellule en pleine nuit noire, un peu après minuit passé. Un vif coup d'oeuil à travers les barreau de la porte en bois me confirme qu'elle n'as pas bougé, allongée au sol et surement endormie. La suite n'est qu'un long grincement suite à la clef pénétrant la serrure. Un tours, puis deux, et enfin la délivrance ! Enfin, sauf pour elle.

    Debout !

    Le ton sec et appuyé montre facilement l'étendue de mon état, et pour être sure d'avoir bien été comprise je forme quelques signe invoquant une trombe d'eau au dessus d'elle. Une vraie cascade pour un réveil des plus... rafraichissant.

    On change de planque, c'est plus sure de faire le chemin de nuit. Profite bien de ces dernières secondes sur les frontières de Kumo

    A force de conserver la bâillon boule entre ses lèvres un filet de bave perlait le long de sa lèvre inférieur pour s'étaler au sol, dans une petite flaque dans laquelle elle avait presque pitoyablement la tête. Même si j'étais pressée de quitter les frontières de Kumo voir ma prisonnière si impuissante ne pouvait me laisser indifférente, Il fallait que je fasse quelque chose, que je lui inflige une petite correctement dont elle se souviendrait. Mais que faire ? L'étouffer une ou deux fois jusqu'à ce qu'elle m'implore d'arrêter ? Trop banal... Jouer à perturber son chakra avec ma capacité héréditaire ? En voila une bonne idée, les possibilités étaient multiples ! J'avais d'ailleurs l'idée parfaite !

    Si tu sors comme ça tu va attraper la grippe, il faudrait mieux te sécher. Tu trouve pas qu'il fait horriblement chaud d'ailleurs ? C'est insoutenable non ?[/b]

    Un euphémisme ! La température était plutôt humide et fraiche, elle ne devait pas avoir tout de suite percuté que je venais d'initier mon chakra dans le siens, en petite dose. Et je l'avais malaxé de sorte à faire grimper sa température corporelle intensément, simulant facilement une source chaude, ou un corps coller trop près d'un chauffage allumé trop fort en saison de forte chaleur ! Le temps qu'elle comprenne que cela vienne de moi à cause de mon air satisfait, fièrement affiché sans aucun complexe.

    Pas encore assez chaud ? Laisse moi te couvrir un peu !

    Sur cette raillerie un long tentacule aqueux se forme à partir de la flaque d'eau, conséquence du réveil forcé. Comme un Boa, celle-ci s'enroule lentement tout autours de son corps des pieds jusqu'aux épaules, serrant son petit corps à l'intérieur. Etrangement, je trouvais que ses paroles manquaient un peu au rendez-vous,je voulais pouvoir me délecter de ses plaintes, de ses possibles cris et encore plus de ses implorations... Je fit alors naturellement sauter la ball-gag en libérant un peu de bave.

    Dis moi, t'aurais pas une idée de ce que je pourrais faire de toi ? Parce que j'ai encore du mal à me décider, je sais pas si je dois me débarrasser de toi ou te garder en tant qu'éternelle prisonnière pour m'amuser un peu... Mhh, non en faite ne dis rien je n'ai pas besoin de ton avis.

    Le serpent aquatique continue sa course jusqu'à en former une étreinte autour de son cou, étranglant la jeune kunoichi de Kumo. Qu'elle s'en rassure néanmoins, la tuer n'es pas dans mon intention même malgré mes paroles peu convaincante. Je la relâche d'ailleurs bien vite en signe de bonne fois, allant même jusqu'à en arracher ses liens avec un kunai. De toute façon qu'allait-elle faire cette pauvre gamine ? M'attaquer avec l'état fiévreux dans lequel je l'avais plonger en sur-dosant la température de son corps ? J'attendais de voir ça tiens !

    Maintenant je reformule précisément la question à laquelle tu n'as pas répondu cette après-midi... Quel est ton nom, ton grade, et qui d'autre est au courant que tu patrouillais ici ? Si tu ne coopère pas, ton jolie visage va devenir aussi rouge qu'une tomate, si tu vois ou je veux en venir.

    Pour appuyer ma dernière menace je fais mine de prendre une grande respiration et de gonfler mes joues, avant de relâcher le tout dans un éclat de rire.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Dim 22 Nov - 1:23
    La nuit était tombée à la surface, chose imperceptible dans les catacombes qui constituaient le repère d'Amalia. Pourtant, Rakka avait effectivement fini par s'endormir, plus par dépit et ennui que véritablement par fatigue. Les tunnels étaient calmes et avaient le mérite d'être bien entretenu, par conséquent, aucun  rat ou autre bestiole incommandante ne vint parasiter le sommeil de la jeune chuunin de Kumo. Toutefois, sa geôlière ne se priva pas pour l'arracher à la douce étreinte de Morphée.

    La fracture entre sommeil et réveil fut brutale, d'abord quelques mots secs qui fondamentalement, avaient déjà sorti Rakka de sa torpeur. Mais elle n'eut pas le temps d'émettre le moindre son qu'une trombe d'eau lui tomba dessus, la faisant pousser un râle d'agacement des plus prononcé, bien qu'étouffé par le bâillon qui obstruait sa bouche.


    - Debout ! On change de planque, c'est plus sure de faire le chemin de nuit. Profite bien de ces dernières secondes sur les frontières de Kumo

    Bougonnant en essayant tant bien que mal de se redresser, Rakka se demandait ce qui pouvait bien se passer dans la tête de cette déserteuse. Quel intérêt de se trimballer un boulet pendant son exode du Pays de la Foudre ? La chuunin de Kumo pouvait lire un étrange sourire lascif sur le visage d'Amalia, ce qui la fit ciller. Est-ce que l'idée de voyager l'enthousiasmait autant ? La vérité ne tarda pas à s'imposer à elle quand son bourreau commença à la... conditonner, pour leur voyage à venir.

    - Si tu sors comme ça tu va attraper la grippe, il faudrait mieux te sécher. Tu trouve pas qu'il fait horriblement chaud d'ailleurs ? C'est insoutenable non ?

    Rakka ne comprit pas son allusion dans un premier temps, sentant toujours le froid détestable des pierres sous elle. Puis, elle commença à ressentir une étrange bouffée de châleur, des pieds à la tête, devenant rapidement insupportable avec ses vêtements serrés contre elles par ses liens. Elle avait presque l'impression d'avoir été placée sur une plaque de cuisson, lui titillant la peau sur toute sa surface. Toute en sueur, sa respiration était plus sifflante

    - Pas encore assez chaud ? Laisse moi te couvrir un peu !

    L'eau qu'avait invoqué précédemment Amalia se rassembla alors en une forme longiforme, adoptant une structure solide et fraiche, tel un grand serpent aqueux venant s'enrouler autour d'elle. D'une certaine façon, c'était presque agréable... un peu de froid pour atténuer la vive châleur qui déferlait dans son corps. Puis la déserteuse s'approcha pour retirer la ball-gag, Rakka prit alors par réflexe une forte bouffée d'air frais, un filet de bave coulant sur la droite de ses lèvres. Respirer convenablement par la bouche était une délivrance !

    - Dis moi, t'aurais pas une idée de ce que je pourrais faire de toi ? Parce que j'ai encore du mal à me décider, je sais pas si je dois me débarrasser de toi ou te garder en tant qu'éternelle prisonnière pour m'amuser un peu... Mhh, non en faite ne dis rien je n'ai pas besoin de ton avis.

    Puis le boa aquatique vint enserrer le cou de la malheureuse prisonnière, la privant un instant de sa capacité à respirer par la bouche comme par le nez. Mais la torture ne dura que quelques instants, servant d'avertissement qu'autre chose. Amalia vint même libérer sa captive de ses liens, cette dernière demeura assise quelques instants alors que le sang circulait de nouveau correctement dans tout son corps, dévisageant sa ravisseuse d'un air curieux. Difficile de croire à un bon geste après le tour qu'elle venait de lui jouer. Ne constatant pas d'hostilité de la part de son hôte, la chuunin de Kumo retira alors son manteau pour atténuer un peu la fournaise lancinante qui se jouait d'elle. Pourtant, en se concentrant un peu sur son chakra, Rakka parvenait à atténuer cette sensation. Même si elle n'était pas vraiment une experte du ninjutsu, elle tâcha de se détendre pour peu à peu sentir la chaleur devenir plus supportable.

    - Maintenant je reformule précisément la question à laquelle tu n'as pas répondu cette après-midi... Quel est ton nom, ton grade, et qui d'autre est au courant que tu patrouillais ici ? Si tu ne coopère pas, ton jolie visage va devenir aussi rouge qu'une tomate, si tu vois ou je veux en venir.

    Un interrogatoire ? Rien de bien surprenant, même si Rakka était étonné d'avoir été libérée pour cet exercice. Peut-être qu'Amalia croyait qu'elle était déjà à bout ? Peu probable à en croire ses antécédents au sein du village de Kiri. La ninja couleur café poussa alors un léger soupir, répondant à ces premières questions qui, fondamentalement, étaient loin de tenir du secret d'état.

    - Je suis Kochikaze Rakka, chuunin du village de Kumo comme tu l'as déjà deviné. L'administration de mon village est au courant de ma sortie, on m'avait délivré une mission de routine visant à s'assurer de la sécurité des frontières. Rien de bien palpitant à vrai dire.

    Assise en tailleur, en partie concentrée sur son chakra, Rakka fixait Amalia d'un œil curieux, ne sachant trop que penser de cette rebelle qui avait fui le village ninja du brouillard. Elle n'était pas rassurée, mais ne transpirait pas particulièrement la peur. On l'avait entraînée à être coriace après-tout, Kumo n'adopte pas de combattants douillets dans ses rangs.

    - En tout cas, c'est le genre de mission dont on revient toujours en un seul morceau en théorie. Sauf si un élément inattendu vient compromettre la reconnaissance... et attirer donc l'attention du village.

    Rakka fixa intensément son interlocutrice, toujours un peu interrogative vis-à-vis de sa tenue, définitivement légère compte tenu de son environnement. Elle-même trouvait l'atmosphère de ces galleries très fraîche avant que son chakra ne soit affecté, et elle portait pourtant un manteau. La chuunin riva alors son regard sur son manteau qu'elle tira vers elle pour ensuite le tendre vers Amalia. Lui proposant très sérieusement.

    - Je ne me moquais pas de tes vêtements cet après-midi. C'est juste qu'ils me semblent un peu léger, tu as surement tes raisons de les garder mais... tu peux peut-être mettre quelque chose par dessus nan ?

    Rakka resta ainsi, toujours assise en tailleurs à tendre son manteau, le visage n'exprimant aucune malice. Elle se contenta juste de hausser les épaules en devinant l'incrédulité de sa ravisseuse.

    - Ne me regarde pas comme ça. J'ai pas besoin de ce manteau vu ce... que tu m'as fait. Prends-le. Je l'ai porté toute la nuit, il n'est pas piégé. Transpiration à part, mais je suppose que vu que tu utilises le suiton, tu peux le laver.

    Elle était apparemment sérieuse. Preuve que Rakka, sous ses airs farouches, n'était clairement pas rancunière. En bonne partie parce qu'elle comprenait la prudence d'Amalia et voulait lui montrer qu'elle n'était pas hostile envers elle. Elle était bien idéaliste, pour une ninja de Kumo.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Lun 23 Nov - 18:47
    Une chuunin hein ? Pas de quoi s'inquiéter, elle n'avait réussit à me surprendre qu'à cause d'une baisse de garde, je l'avais simplement sous-estimer à cause de son jeune age mais cela n'arriverait plus. Tant que je la prenais au sérieux, il était impensable qu'elle ait le dessus sur moi. De plus sa mission n'était pas bien difficile, c'était le genre de besognes que les villages refilaient aux débutants ou aux jeunes ninjas lorsque ça manquait de manoeuvre, elle ne devait pas être si effrayante même en combat, pour peu qu'elle ne soit pas une véritable experte en taijutsu, mon plus grand point faible. Enfin là encore, j'avais l'expérience de mon côté !

    Bien, ils enverront donc surement de quoi te chercher demain matin si ut ne rentres pas, ça nous laisse le temps de quitter cet endroit abandonné sans y laisser aucune traces.

    Faire disparaitre toutes preuves de passage était aisé pour une déserteuse confirmé, de surcroit très pointilleuse. C'est qu'ont en devenait presque parano du moindre détail à force de devoir fuir et se cacher, et c'est peut être cette paranoïa qui permettait aux ninja comme nous de rester en vie. Une vie bien difficile et pourtant si plaisante... La liberté n'avait aucun prix et les gains bien plus conséquent de ces missions frauduleuses étaient alléchants. Je ne me voyais pas dans une autre situation que celle-ci.

    Alors gamine ou pas, rien ne troublerait mon harmonie, rien ne me ferait prendre de risque inconsidéré comme laisser fuir une jeune chuunin par exemple. C'était peut être triste pour elle, mais j'allais devoir mettre fin à la liberté qu'elle avait toujours connu pour préserver mon train de vie, pour éviter tout risques. Seulement voila, comment devais-je réagir face à une captive qui se montrait... Naïvement sympathique ? Que faisait cette petite peste là ? Elle cherchait à gagner des bons points pour rejeter ma vigilance en me tendant son manteau ?

    - Je ne me moquais pas de tes vêtements cet après-midi. C'est juste qu'ils me semblent un peu léger, tu as surement tes raisons de les garder mais... tu peux peut-être mettre quelque chose par dessus nan ?

    C'est vrai qu'ils étaient léger, mais en grande habituée de la fraicheur des eaux ces galeries n'étaient rien d'autre que de longs couloirs agréables, enfin, on repassera pour la déco !

    Tu te fiche de moi là ? Tu es ma prisonnière pas mon invité, tu n'es pas censé être gentille avec moi, ni même me narguer en proposant de porter cette veste. Et puis je n'ai pas froid sombre idiote.

    Me narguer, oui c'est ça, elle voulait me narguer, faire preuve de sympathie pour lui montrer que je ne la touchait pas, que je ne lui faisait pas peur malgré le traitement infligés ! Cette gamine avait au moins de quoi en découdre c'est certain... mais surement pas plus que moi.

    - Ne me regarde pas comme ça. J'ai pas besoin de ce manteau vu ce... que tu m'as fait. Prends-le. Je l'ai porté toute la nuit, il n'est pas piégé. Transpiration à part, mais je suppose que vu que tu utilises le suiton, tu peux le laver.

    Et puis quoi encore elle me prenait pour sa bonne maintenant ou quoi ? Comme si j'allais m'amuser à laver ses vêtements, sa transpiration elle pouvait bien se la garder sur elle jusqu'à en attraper un rhume, ça m'en ferait une belle jambe tiens ! En signe de réponse, je ne lui montre que mes dents serrée par la rage, me laissant presque mécaniquement allée à former des signes qui inonde la pièce d'un bon tiers. Qu'elle s'en rassure, mon intention n'était pas de la remplir jusqu'au plafond, au contraire le niveau de l'eau commençait même à baiser au moment ou je commençais à mélanger une énorme quantité de chakra à l'eau, la rendant plus compacte, réduisant son volume jusqu'à en former une grosse masse.

    Cette masse aqueuse au bout d'une bonne minute commençait à prendre l'apparence d'un monstre qui s'apparentait à un slim, une créature aqueuse connu pour avaler instinctivement tout ce qui passait à porter. Lors de sa forme finale, la masse aqueuse et gélatineuse devait bien faire 2 mètres de haut ainsi qu'un bon mètre de large. Et celle-ci allait grandir, encore grandir jusqu'à rentrer en contact avec la prisonnière et l'engloutir.

    D'ailleurs, les bords allaient vite rentrés en contact avec elle et ce n'est surement pas le taijutsu ou le doton qui allait l'aider cette fois...

    Pourtant, ce plan de torture aux allures si parfaites possédait un grand défaut ! Celui d'avoir perdu mon calme. J'en avais presque oublié mon état de fatigue et la grande quantité de chakra mise en oeuvre pour créer cette sorte de slim aqueux. Ne voyant même pas que cette chose instable étaient également en train de se propager vers moi, rampant contre le sol... Elle ne faisait aucune distinctions et j'allais simplement être engloutit avec la Chuunin, un grand sourire aux lèvres sans me rendre compte de ce qui allait se passer. M'emporter avait été une grave erreur !

    C'est pas comme si tu pouvait la détruire ou y échapper ! Alors laisse toi faire, ça ira plus vite !
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Lun 23 Nov - 20:49
    Si le but initial de Rakka était d'apaiser sa ravisseuse en témoignant de la bienveillance à son égard, la nature méfiante et renfrognée  d'Amalia poussa au contraire cette dernière à interpréter la gentillesse de sa captive comme une grave insulte. Une prisonnière qui sympathise avec son bourreau ? Inconcevable ! Pire encore, elle prit la suggestion de la chuunin concernant le lavage de son manteau comme un ordre, rien ne saurait constituer un pire affront à l'égard d'une personne qui attachait une importance sacrée à sa liberté ! Montrant les dents tel un prédateur furieux de trouver une proie non impressionnable, Amalia commença à rassembler ses forces pour faire surgir une nouvelle trombe d'eau dans le coin de la pièce.

    N'ayant pas la moindre idée des intentions de sa semblable, Rakka arqua les sourcils en se demandant si cette quantité d'eau n'était pas un peu exagéré juste pour nettoyer un simple manteau. Mais la véritable nature du jutsu d'Amalia ne tarda pas à se réveler, l'eau sembla se tordre sur elle même, se compactant en une forme qui se mua peu à peu en quelque chose de plus consistant, évoquant un tas de gelée bleuâtre. Mais c'est en constatant que la chose se muait que Rakka comprit où était le danger. En vérité, elle ne bougeait pas vraiment mais se contentait de grandir exponentiellement, indépendamment de la volonté d'Amalia. Bien sûr, il se basait sur le chakra qu'elle lui avait donné pour vivre. Mais en tout être vivant, bien que moins intelligent qu'un animal, il avait au moins l'instinct de survie et donc la volonté de se nourrir en chakra. Il essayait donc de s'étendre en direction de ses proies potentielles, aussi bien Rakka qu'Amalia, bien que cette dernière avait totalement omis le coté indépendant de sa création.


    - C'est pas comme si tu pouvait la détruire ou y échapper ! Alors laisse toi faire, ça ira plus vite !

    Le slime se répandait vite, vraisemblablement stimulé à l'idée de se délecter d'un peu de chakra. Rakka se redressa rapidement... ce qui la frappa d'une violente vague de chaleur, elle avait toujours un peu du chakra d'Amalia en elle qui jouait avec ses sensations. En tout cas, ce fut suffisant pour faire baisser la garde de la chuunin à l'instant où le slime révéla sa capacité à projeter une partie de sa masse pour attraper ses victimes ! Tel un fouet vif, un tentacule gélatineux vint s'enrouler autour du bras de Rakka, lui interdisant toute retraite.

    - N-Non ! Lâche-moi, saleté !

    Elle essayait de tirer vigoureusement pour se dégager de la masse aqueuse mi-solide, mais rien n'y faisait. Pire encore, loin de simplement s'enrouler autour de son bras, le tentacule commençant à le gagner sur sa longueur pour finalement parvenir à l'englober totalement.

    - C'est... c'est pas vrai ?!

    La chuunin de Kumo ne parlait pas seulement de sa situation improbable, mais aussi de l'étrange sensation que procurait le slime qui avait gagné tout son bras. Il donnait l'impression de donner un massage tout en procédant à des succions, aspirant ainsi le chakra à travers la peau. Toujours est-il que le processus était perturbant... car plutôt agréable en soi. Là encore, cette réalisation la fit perdre en attention tandis que le slime l'attirait brusquement vers lui, l'engloutissant totalement en son sein. Rakka crut qu'elle allait mourir étouffée mais curieusement, la matière de la créature ne pouvait pas la tuer ainsi. Le corps du slime conférait à ses victimes la possibilité de respirer, son fluide n'était pas dangereux en soi pour les poumons et apportait même de l'oxygène. De fait, il pouvait maintenir ses proies en vie et faciliter l'absorbation du chaka en intégrant l'intérieur même de leur corps. Un cadavre ne fournissant pas de chakra, un slime n'avait aucun intérêt à tuer ! Rakka aurait pu se sentir rassurée si le fait d'être à l'intérieur du slime n'était pas en soi une expérience des plus troublantes. La sensation de massage par succion s'étalait maintenant sur tout le corps de la chuunin qui aurait probablement laisser échapper quelques gémissements d'aise si le slime permettait à des sons d'en réchapper. Surtout qu'avaler la substance pour obtenir de l'oxygène avait pour effet secondaire d'amplifier ses sens déjà fortement troublés. Pire encore, la substance qui constituait ce monstre pervers malgré lui tendait à être légèrement acide. Pas assez pour entamer les chairs, mais juste suffisamment pour détériorer les fibres utilisées pour la plupart des vêtements. Rakka se voyait ainsi assaillie par un plaisir coupable alors qu'elle voyait son pantalon et son débardeur se consumer progressivement. Elle avait honte... si honte d'offrir un tel spectacle à sa ravisseuse... bien que cette dernière n'allait pas tarder à subir le même sort. Car le slime, malin dans ses instincts prédateurs, avait déjà obstrué la porte de sortie pendant qu'Amalia se réjouissait de son triomphe. Elle était condamnée...
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Mer 25 Nov - 16:54
    Loin de moi l'idée que la création pouvait échapper à mon contrôle puisqu'il s'agissait de mon propre chakra, j'avais donc tout le loisir d'admirer la scène plaisante, de voir ma prisonnière lentement se faire aspirer et avaler par le drôle de monstre aqueux. Au début, la masse d'eau était plutôt passive et se contentait de grandir devant le regard de la chuunin, visiblement étonnée jusqu'à ce qu'elle se fasse empoignée. Son premier réflexe est de crier de la lâcher, le miens, de rire de la petite chose acculée sans me rendre compte que j'étais déjà piégée. La porte était solidement tenue par le montre aqueux, surement poussé par la volonté de se nourrir en chakra... Après tout, même épuisée, je devais faire un repas bien plus nourrissant que cette gamine.

    Alors que se passe t-il, tu n'aimes pas cette charmante compagnie ? Pourtant tu es bien au chaud là dedans... Enfin si on oublie que... tes vêtements partent en pièce.

    Les tissus se diluaient en morceau dans le liquide et à leurs tours ces morceaux partaient en cendre, comme rongés par l'acide. Une fois en sous-vêtement je me léchais le contours des lèvres, c'est qu'elle avait des arguments pour son age ! Je n'y avais même pas fait attention ! Et c'était encore plus vrais lorsque que son bas et son hauts se retrouvaient à leurs tours sacrifiés à ce funeste destin.

    Tu m'avais caché ça ! On est pas censé avoir une poitrine si développée à ton age ! Je crois que je vais en profiter un peu, une fois que tu seras vidée de tout ton chakra.

    Cette belle poitrine rebondit rehaussait soudain mon intérêt envers elle... Et celle du monstre aussi visiblement qui compressait le fluide qui le formait pour légèrement écrasé la prisonnière avec la pression de l'eau, surtout pour pousser justement contre sa poitrine. Bien vite, la déformation de sa poitrine était visible pas l'eau qui faisait pression, l'écrasant par tous les côtés. Heureusement que la pauvre pouvait respirer, sinon elle se serait surement déjà noyée avec tel traitement.

    Surtout que rien n'était terminé, tout en continuant d'absorber le chakra petit à petit, la masse d'eau gélatineuse semblait étrangement attirée par ce qu'elle avait entre les cuisses. Serrer les cuisses ne servirait à rien et la masse poussait à l'intérieur de son antre-jambe, surement sans aucun désir sexuel venant d'une telle chose. Son instinct avait du le pousser à s'y rendre en pensant qu'il y aurait plus de chakra dans cette fente qu'il n'avait pas encore visiter. Pauvre Rakka, sa sentence était plus sévère que prévu et c'était peut être même la première fois que quelque chose visitait cette zone en profondeur...

    Tout semblait se profiler tranquillement selon mes plan jusqu'à ce que... je ne sente à mon tours la masse monter sur mes cuisses. Quoi ? Depuis combien de temps avait-elle agrippée ma jambe ? Je n'avais rien sentis avec les cuissardes en latex et il s'y était prit avec plus de douceur que prévu. Etait-il censé me prendre pour proie ?

    Imbécile, lâche moi, je t'ai crée ! Je ne suis pas ta proie

    Mais rien à faire, la créature gélatineuse n'était pourvue d'aucune intelligence propre et n'était guidé que par le désir de se rassasier en chakra. Putain, je ne pouvais même plus annuler la technique dans mon état de fatigue... j'avais dépensé beaucoup trop de chakra et cette chose m'en avait déjà pomper, devenant bien plus grand et m'avalant déjà à moitié. De rage, je me débattait sans même plus prêter aucune attention envers ma prisonnière, jusqu'à en être totalement engloutie. Ma seule chance fut la matière que je portais, bien plus solide que du tissus pour être rongée... elle restait donc intacte mais se retrouvait aussi plus moulante... à cause du liquide qui pénétrait entre la tenue et la peau.

    Bordel... je commençais déjà à avoir quelques ratés, je n'allais pas tenir longtemps si la force continuait à me faire faiblir ainsi. Très vite, je perdais ma capacité à me débattre et m'abandonnais progressivement vers un long sommeil. J'aurais du attendre de totalement récupérer, j'avais été trop gourmande poussée par ma haine envers la jeune fille... On ne retrouverais finalement de moi comme d'elle, que deux corps sans vie, totalement vidés de leurs chakra, ou dans un seuil critique avec un peu plus de chance. J'aurais vraiment du me maitriser !

    Dernière pensée stupide, je ne pourrais même pas profiter plus longtemps de la torturer un peu ! Ca n'avait même plus d'importance de toute façon, je venais de m'évanouir lentement dans mon dernier soupir, amortissant mon dernier geste dans cette étendue.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar





    Invité
    Invité
    Jeu 26 Nov - 1:14
    Enfer ou paradis ? C'était là tout le paradoxe de la situation de Rakka qui, malgré la détresse qu'elle ressentait, ne pouvait pas nier les sensations extatiques que lui procurait le slime en se délectant du chakra de son corps. Sans compter que plus Rakka se laisser aller à respirer la substance composant cette créature, plus elle sentait sa sensibilité nerveuse augmenter. Cette propriété devait probablement servir à exciter le chakra des victimes pour rendre son absorbation plus facile. Mais à mesure que cela avançait, le slime semblait révéler des signes de perversité, se mettant tout à coup à peloter par coup de pression l'opulente poitrine, désormais à découvert, de sa pauvre victime à la peau café. La créature avait peut-être adopté quelques instincts inhabituels, peut-être issus des penchants pervers de sa créatrice. Toujours est-il qu'il semblait beaucoup insister dans ses pressions à des endroits sensibles du corps de Rakka, jouant sur ses zones érogènes pour la faire gémir, ce qui concrètement marchait... bien qu'aucun son ne pouvait s'échapper de ce corps gélatineux. Mais loin de seulement la titiller, le slime alla même jusqu'à entrer en elle par la part la plus intime de son être. Rakka put sentir en elle des appels de pressions et de dépressions qui, dans les faits, lui conféraient des sensations viciées d'une séance d'amour, viciée et donc d'autant plus exquises, même si elle refusait de se l'avouer !

    En tout cas, elle offrait un spectacle sensuelle qu'appréciait particulièrement Amalia, se délectant de ses expressions faciales torturées entre plaisir et embarras, sa façon de recroqueviller ses doigts et ses orteils sous les vagues de plaisir. Mais ce charmant divertissement la fit baisser sa garde au point de non retour ! Le slime avait commençait à s'étendre délicatement le long de sa jambe, faisant preuve d'une finesse qui d'ailleurs, devait également lui venir de sa créatrice ! Ce slime était définitivement trop pervers et subtile pour ne pas avoir été affecté malgré lui par le chakra intoxiquant d'Amalia. Cette dernière put d'ailleurs goûter à sa propre nature perverse au travers de cette substance perverse qui s'amusa en usant des faiblesses de sa tenue, chose qu'elle n'aurait su faire si elle ne partageait pas le savoir faire de celle qui la portait.

    Les sensations délicieuses du slime eurent toutefois un effet plus radicale sur elle, ne lui permettant que de simplement effleurer les affres de sa propre perversité, Amalia ne tarda pas à s'évanouir, le manque de chakra étant trop important pour elle. Rakka pour sa part, n'avait pas beaucoup dépensé de son énergie ces derniers temps, le fait d'être forcée à l'immobilité lui avait au moins permis de s'économiser. Si bien que quand sa ravisseuse perdit connaissance, son lien avec le slime s'estompa. Il commença alors à se transformer, perdant une partie de substance pour muer en ce qui pouvait s'apparenter à un véritable tas de gelée, répandu dans toute la pièce.


    … C'est fini ?

    La chuunin de Kumo était aussi surprise que le slime s'en soit allé que de voir Amalia affalée dans la gelée. Quelque part, elle en était presque déçu, son corps avait presque failli s'accoutumer aux troublantes caresses de cet être aqueux. Mais l'heure n'était pas à la réflexion mais à l'évasion, attrappant son manteau, la chuunin voulut se diriger vers la porte, mais découvrit un énorme amas de gelée qui l'avait recouverte sur toute sa surface. Si la substance en elle-même n'était pas problématique seule, elle le devenait en se mêlant à la porte qu'elle ne pouvait en aucun cas franchir dans ces circonstances. Son mécanisme étant totalement bloquée par cette curieuse matière, toute évasion n'était pas envisageable. La gelée contenait probablement des restes du chakra d'Amalia qui saurait surement les faire disparaître pour de bon, mais pour l'heure... rien n'était faisable. Sur un profond soupir, Rakka pivota la tête vers Amalia, toujours inconsciente sur le sol glacé, le visage figé dans une expression boudeuse entre la frustration... et la tristesse. Amalia était peut-être sa seule clé de sortie et paradoxalement, il était probablement qu'elle la garde captive si elle la laissait en vie. Mais la tuer revenait peut-être à se condamner... et dans tous les cas, ce n'était pas dans la nature de Rakka de nuire. Elle s'approcha donc simplement de sa ravisseuse, l'extraya tant bien que mal de la gelée qui l'entourait, puis la traîna jusque contre le mur ou elle la redressa en position assise. Elle vint alors s'asseoir à ses cotés, elle avait froid... probablement à cause de son état d'épuisdement avancé. La crainte d'être retrouvée l'avait-elle autant affaiblie ? En tout cas, Rakka décida sur un autre soupir de tirer le manteau de son dos pour l'utiliser comme couverture, sur elle comme sur Amalia. Elle posa alors sa tête sur son épaule et ferma les yeux, épuisée par tous ces événements, alors que ces pensées demeuraient tournées vers l'avenir, se résumant en un :

    * Demain est un autre jour... *
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Messages : 178
    Date d'inscription : 10/02/2015

    Fiche Perso
    Disponibilité Rp: Oui
    Orientation Sexuelle: Préfère les femmes
    Fantasmes:
    Nukenin





    Amalia Amaretsu
    Nukenin
    Jeu 3 Déc - 13:01
    Revenir en haut Aller en bas





    Contenu sponsorisé
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Naruto Hentai
  • Histoires v1
  • -
    Sauter vers:
    La date/heure actuelle est Lun 24 Sep - 23:40